Mais tu es toujours en vacances, toi!

Les vacances c’est sacré!
En cette période de l’année, on les attend avec grande impatience, pour se reposer, prendre une respiration…

Une respiration

Que l’on parte loin ou non, la routine est modifiée.
Il y a bien sûr certaines habitudes qui restent immuables: si on a des enfants, il faudra bien se lever le matin, leur faire à manger, les habiller.vacances: respirons!
Mais même ces habitudes, parfois un peu lourdes, sont différentes.

On peut prendre le temps : « c’est déjà 10h, on est en retard, oh mais c’est pas grave, on est en vacances ».
C’est l’intérêt des vacances: ne plus être obligé de courir après le temps, respirer un peu, chacun à sa manière.

Aucune règle pour les vacances.
Vous aimez en profitez pour récurer votre maison, alors récurez.
Vous aimez faire la fête, alors festoyez.
C’est VOS vacances, profitez en.

Se reposer

C’est aussi un moment, où on peut se reposer sans culpabiliser.white-tailed-deer-934512_640
C’est sûre ce n’est pas toujours gagné.
Qui n’est pas déjà revenus de vacances encore plus fatigué qu’avant!

Mais quoi qu’il en soit, c’est un moment où on a le temps.
De dormir un peu plus, voire même de faire une sieste, de traîner à table, de prendre un apéritif tranquillement assis!

Puis ne pas aller travailler ou faire ses activités quotidiennes, est déjà un plaisir.
Même se fatiguer en se divertissant est reposant!!

 

Les amis, la famille

Encore un avantage des vacances, on peut prendre le temps d’aller voir une amie, de passer quelques jours en familles, de refaire le monde avec des proches.

Les vacances de Noël sont d’ailleurs souvent propices à cela.
Même si tout le monde n’a pas de la famille à aller voir, des amis avec qui papoter.

Quand on peut le faire, c’est encore une fois l’occasion de se distraire, de respirer.
Non pas parce que les repas de famille se passent toujours bien (ça se saurait) mais parce que ça change de notre routine.

 

Les obligations

Ne rien faire de productif mais prendre du bon temps!

Et pourtant, ne nous leurrons pas, nous nous mettons plein d’obligations même durant ces périodes là.

Les repas de Noël fatigants pour l’estomac et les nerfs ne sont pas forcément autant souhaités que cela.
Se laisser aller à faire une journée pyjama n’est pas forcément adéquat avec les préceptes de notre société.

Mais, nous continuons à les attendre avec toujours autant d’impatience.
Elles ont le mérite de changer du train train quotidien, de nous permettre de ne pas aller travailler, de vivre sans culpabiliser.

 

 

Les vacances ne sont pas réservées aux travailleurs

Mais alors, les vacances seraient réservées aux travailleurs ?Mais toi tu es toujours en vacances!
Ce qui signifierait que pour les parents au foyer, les chômeurs, les personnes en invalidité, les personnes retraitées, elles n’ont plus d’intérêt.

Que nenni !
On m’a souvent dit « mais toi tu es en vacances en permanence ».
Être au chômage ce n’est pas de tout repos, être en invalidité ne signifie pas se tourner les pouces à longueur de temps.

Comme pour tout le monde, il y a des obligations qui peuvent être pesantes et fatigantes.
Même si elles ne rentrent pourtant pas dans la catégorie travail rémunéré.

 

Respirons respirons

Moi aussi je réclame ma respiration, mon moment où je n’aurais pas à me lever à heures fixes, où je n’aurais pas à me rendre à mon association pour aider d’autres personnes, où je n’aurais pas à me battre avec une administration obtuse, où je serais en VACANCES!

Je réclame aussi un moment où je n’aurais pas à penser à ma maladie.
Ah bon ça n’existe pas, c’est vrai !
Par contre, changer d’air, voir mes proches, prendre du bon temps, adoucit sa présence même si je n’irai pas sauter à pieds joints dans les flaques !

Alors profitez en, amusez vous, reposez vous, faites ce que vous voulez et moi je vous dis à l’an prochain.
Et oui, c’est les vacances même pour le blog!

 

Article autour du même thème:vacances d’été et souvenirs, Récit d’une SEP qui prend des congés,voyage et fauteuil roulant, comment faire?

Enregistrer

13 commentaires sur “Mais tu es toujours en vacances, toi!

  1. Ah ces gens qui s’imaginent que sous prétexte que nous n’avons pas de travail nous ne faisons rien. Ou qui pensent que nous nous complaisons dans cette situation ! Ça me désespère…

  2. alors je te souhaite de très bonnes vacances !!! même si comme tu dis, on a toujours des obligations…
    les vacances c’est aussi dans la tête, par exemple fredonner des chants de noël, regarder des films sympas à la télé, dormir plus que d’habitude…
    et manger de bonnes petites choses sans se gaver bien sur !
    à l’année prochaine alors…

  3. Lorsque nous ne travaillons pas, nous consacrons souvent beaucoup de temps aux autres (nos enfants, notre famille, des personnes qui en ont besoin, via des associations…), ce que nous ne ferions probablement pas (ou dans une moindre mesure) si nous avions un emploi.
    Ce don de soi est rémunéré par des sourires ou des paroles, mais il est gratuit.
    Cependant il nous occupe bien…
    Quand on ne travaille pas, on se sent toujours mal à l’aise vis à vis de ceux qui travaillent, alors que nous ne dérangeons personne finalement.
    Nous méritons bien nous aussi des vacances, juste histoire de penser un peu à nous, même si c’est parfois difficile!
    Bonnes vacances Douce Barbare !

  4. Dans un autre ordre d’idées, ça m’évoque les réflexions des gens qui s’imaginent que travailler seul à la maison, c’est super cool : une sacrée bonne planque, quoi… En réalité, le piège n’est pas d’être tenté d’aller faire un tour ou d’allumer la télé, mais bien au contraire de faire des « heures sup » (tôt le matin, tard le soir et/ou le week-end) parce qu’on a accepté plus de contrats qu’il n’aurait fallu. Et puis dans ce contexte, il n’y a pas de réunion-alias-sieste, pas de pause café-clope-papotage avec les collègues, et du coup les temps de travail sont beaucoup plus intenses qu’en bureau !
    Bref, ce n’est pas tout à fait la même problématique (même si certains qui me voient/savent chez moi tous les jours de la semaine doivent me croire plus ou moins femme au foyer ou au chômage, et « donc » en vacances), mais ça m’y a fait penser.
    Et puis je profite de ce commentaire pour te demander d’où vient la première photo de ton article. Ces statues qui applaudissent m’intriguent, de qui s’agit-il et où ??

    1. Pour la photo, faut que je retrouve ma source mais je me suis posée la même question et j’étais sûre qu’on allait me la demander!!

      Pour ce que tu dis, je suis tout à fait d’accord.
      Ça revient au fait de juger la vie de l’autre sans chercher à comprendre sans avoir envie d’écouter de comprendre.

  5. Ah ça… les gens qui s’imaginent que parce que tu es chez toi, tu ne travailles pas… Déjà qu’à la base certaines personnes ne considèrent pas mon métier comme en étant un alors maintenant que je suis en fauteuil et que je n’ai pas un salaire régulier, laisse tomber -_-

      1. Ahah t’inquiète ^^ J’ai un diplôme de communication (« Keuwah ? Ah oui, t’es au téléphone en fait »… NON ! C’est pour être chargé de com entre autres) et j’étais en spé com visuelle quand j’ai eu mon accident (imaginer, planifier, créer de la pub ce qui inclue les supports visuels, identité visuelle donc logo et autres, packagings, signalisations…) En (très) gros 🙂

        1. Je connais!!
          C’est un peu ce que je pensais mais sans trop savoir! Plus sur l’aspect graphique du coup?

          1. Plus ou moins 🙂 Disons que si j’avais été au bout, ça me donnait la possibilité de gérer des équipes de graphistes (entre autres choses)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *