Vacances d’été et souvenirs

Profitons de cette période un peu plus légère pour évoquer ces souvenirs qui font partie de nous.
Installons nous confortablement, prenons un petit cocktail bien frais, et rêvons!


Pour les enfants!

C’est ainsi fait, une fois grand, les vacances de deux mois, on oublie!

© CartoonKids

Ça reste toutes fois, la période où on prend les plus longs congés.
Surtout, si l’on a soi même des enfants.
On en profite pour revoir des amis, découvrir de nouveaux lieux, procrastiner! 

C’est aussi une période synonyme d’autoroute où on roule au pas, de plages qui ressemblent à des pots de pois chiches, des administrations où vous découvrez toutes les musiques d’attente téléphoniques possibles!

Souvent, ça rime avec souvenir que l’on crée ou que l’on évoque avec plaisir.
J’ai décidé de partager avec vous trois souvenirs de vacances.
J’aime les évoquer en pensée les jours tristes, un peu comme je plongerais ma cuillère dans un gros pot de glace.

Bien sûr, il y a aussi les souvenirs de vacances moins drôles.
Les anecdotes qui ne nous font pas rire.
Les moments qui nous ont fait pleurer où ont ouvert une crevasse dans notre cœur, mais ceux là, pour aujourd’hui laissons les où ils sont.

Souvenirs d’enfance

En tant que bonne campagnarde, mes plus beaux souvenirs d’enfance sentent le foin juste fauché.
Je me souviens également de la sensation de l’herbe sur mes pieds nus quand j’allais ramasser les framboises le matin, avant qu’elles n’aient été réchauffé par le soleil.Souvenirs olfactifs

L’été, c’était la période que j’attendais avec impatience.

J’aimais passer du temps dans la maison de ma maman au milieu des champs de maïs.
J’allais attraper les araignées d’eau dans le ruisseau quasiment desséché.
Je me baignais dans la rivière où parfois il y avait à peine de quoi mouiller mes fesses assises.
Et surtout, je passais des heures à crapahuter en solitaire, en m’inventant des histoires à n’en plus finir.

Les moments que je ne passais pas à m’imaginer tout un monde, je le passais à dévorer celui des autres.
Je me souviens de l’été où j’ai lu « Quand j’avais 5 ans je m’ai tué » et ça remonte pourtant à plus de vingt ans, certains souvenirs ont la peau dure!

Premières vacances d’adolescente

Camaieu d'émotionsCelles là, elles marquent à vie !
J’étais partie avec ma meilleure amie dans sa maison de vacances familiale, en Bretagne.
Il y avait ses parents et ses frères mais nous restions surtout entre nous et nous étions de ce fait assez libres.

Je me souviens des soirées passées à regarder les étoiles filantes couchées sur un dolmen.
A cette époque, le groupe du moment était Louise Attaque que nous écoutions en boucle sur nos Walkmans !
La journée nous partions en vélo découvrir les lieux de la région. 
Mais, on aimait aussi traîner sur le port pour regarder les bateaux de pêche.

Alors c’est sûr, ces souvenirs font très clichés mais ce sont les miens !
Ça a un petit goût du club des cinq, la troupe de cinq en moins!

Les voyages

Vacances est aussi souvent synonyme de voyage.groupe d'ami

Je vous ai déjà parlé de mon voyage au Japon.
C’est sûr,  j’aurais pu vous parler de mes voyages en France ou même de mes autres vacances à l’étranger mais il n’y a rien à faire, le plus mémorable reste le Japon.
C’était un tel dépaysement, une telle plongée dans un nouveau monde.

Il avait tout pour plaire : les amis de longues dates, des découvertes culinaires, des visites culturelles, des beaux paysages, du beau temps, du repos (enfin pas trop non plus!).
La soirée m’ayant particulièrement marqué a eu lieu sur le toit terrasse du logement de mes amis.
Nous avions du saké et de quoi grignoter.

Par contre, les souvenirs ont l’art de se mouvoir dans notre esprit et de modifier leurs propres contours.
Je me souviens donc que nous avions regardé une tradition japonaise de Kyoto (vous voudriez savoir le nom ? Attendez, je suis sûre qu’il va apparaître en commentaire de cet article!) ou chaque colline de la ville est illuminée par des feux formant des signes japonais mais était ce vraiment le même jour, rien n’est moins sûre !

Et pour vous, quel est le premier souvenir de vacances qui vous vient à l’esprit ?
Quels sont ceux que vous chérissez ?
Et pour aller encore plus loin, qu’elles sont les odeurs, les musiques qui vous ramènent en un instant à un moment heureux ?

10 commentaires sur “Vacances d’été et souvenirs

  1. Salut Circé,

    un petit commentaire vite fait pour ne pas te faire mentir.
    Je suis quasi certain que la fête traditionnelle japonaise que tu décris est le « Daimonji » (aussi nommé « Gozan no Okuribi » mais « Daimonji » c’est plus facile à retenir non?) qui marque le dernier jour de la fête des morts le 16 août. A cette occasion comme tu nous l’as raconté on allume de grands feux en forme de kanji mais aussi en forme de bateau et de « torii » (les sortes de portiques rouges que l’on trouve un peu partout au Japon) sur les 5 collines de Kyoto.

    A bientôt!

  2. j’adore… et en plus c’est vrai ! merci
    « Les souvenirs sont mouvants et éternels. Certes on les oublie parfois et pourtant ils nous nourrissent, nous forment, nous font évoluer. »

    souvenirs….c’est ce qui nous construit…mais il faut aussi parfois en guérir ! C’est un champ à cultiver, à apprivoiser pour vivre en toute sérénité

  3. Ca fait plaisir de lire que tu gardes de si bons souvenirs de ton passage à Kyoto !
    Pour ma part, quand on évoque les grandes vacances, j’ai toujours en tête les séjours coupés du monde que mes parents nous emmenaient faire dans une vieille maison au fin fond d’un causse du Lot. Pas de voisins à des kilomètres à la ronde. Un lavoir où barbotaient des têtards. Un prunier croulant sous ses fruits violets. Les toilettes tout au fond du jardin. La douche dehors. Les mûres toutes chaudes et juteuses sur la langue. Les randonnées à la recherche des cazelles en pierres sèches. Les moutons qui passaient parfois au fond du terrain. Des heures passées à lire, écrire ou s’amuser sur les cahiers de vacances.
    Bref, des souvenirs idylliques qui ont marqué mon enfance ! Vive les vacances ! Vivement les prochaines !

  4. Impossible de choisir ! J’ai grandi en ayant mes vacances d’été constamment blindées de chose merveilleuses qui m’ont fait grandir : les colos, les camps scouts, les séjours dans différentes régions de France en famille. Je chéris chacun de mes souvenirs, je ne me souviens pas d’un été qui ne m’ait pas rendue vraiment heureuse (à part peut-être celui qui a suivi mon accident…)

    1. Tu donnes une version vraiment idyllique de ton passé, de tes souvenirs!
      En tout cas, tu as raison c’est toutes ces choses qui nous font grandir et être ce que l’on est aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *