Tendance zéro déchet mais encore….

Parlons un peu de la tendance zéro déchet.
Elle fait beaucoup de bruit en ce moment mais qu’est ce que ça veut dire et qu’est ce que ça implique ?

Zéro déchet, petite définition

une barque au milieu d'une eau rempli de plastique
© AFP Photo illustration

Le zéro déchet est une philosophie de vie qui nous encourage à réduire nos déchets.
Les mots d’ordre : réutilisation, consommation raisonnée, recyclage.

Béa Johnson auteure du blog Zero Waste Home et du livre du même nom est à l’origine, peut-être pas du mouvement, en tout cas de sa médiatisation.
Vous pouvez aller lire son blog, par contre, il est rédigé en anglais.

C‘est un mouvement à la mode mais qui répond à une observation censée et indubitable: on est en train de transformer notre planète en poubelle ambulante.
Mais en fait, sans y avoir réellement réfléchi, vous faites peut-être déjà des gestes qui permettent de réduire vos déchets.
Pour ma part, j’ai été élevé à utiliser des mouchoirs et serviettes de table en tissus, à acheter des gâteaux sans emballages individuels…
Si ça devient conscient, vous vous rendrez compte que vous pouvez peut être en faire plus sans que cela vous demande tant d’efforts que cela.

Ce n’est pas toi qui va changer le monde

SI écrit en grosses lettres noiresCette prise de conscience m’a donné envie de modifier mes habitudes.
J’ai eu envie de simplifier ma vie, de diminuer l’impact négatif que je pouvais avoir sur la planète.

J’étais passé au jetable parce que quand même ça transporte moins de microbes !
Pourtant, en tant qu’éducatrice de jeunes enfants, j’étais la première à dire qu’à force de tout aseptiser, on empêche notre système immunitaire d’apprendre à se défendre.

J’ai remis de la cohérence dans ma vie en me rendant compte que mes mouchoirs en tissus étaient très bien !
Alors bien sûr, je les lave souvent donc j’utilise de l’eau.
J’y met des huiles essentielles ce qui les désinfecte mais dont la bouteille finie dans mes déchets.
Bref, je génère toujours des déchets mais un peu moins.

Certes, ce n’est pas en diminuant la quantité de mes déchets, que je vais sauver la planète.
Mais je n’ai pas envie de vivre en me disant que je n’ai aucun pouvoir, aucun impact sur rien.
Et quitte à en avoir un, j’ai envie qu’il soit le plus positif possible..

Tri, compost et consommation raisonnée

Je suis contente de voir que depuis que je suis consciente de ce que je jette, ma poubelle a diminué !
Je fais le tri depuis plusieurs années.
Et et ça ne me viendrait pas à l’idée de jeter ma bouteille en verre dans la poubelle normale.
On m’a souvent dit que ça ne servait à rien, que tout finissait mélangé.
Tant pis, je le fais parce que je suis persuadé que ça peut faire une différence.
Et si après ça ne suit pas, c’est dommage, mais ça ne m’empêchera pas de le faire .

Depuis peu, je refais mon compost.
La mise en place a été un peu chaotique.
J’ai essayé dans mon jardin, j’ai pensé au composteur du quartier où il n’y avait plus de place, au lombri compost qui reste un peu cher pour moi.
Finalement, je suis allée voir mes voisins et leur grand jardin et on fait compost commun.
Cerise sur le gâteau, j’ai pu me rendre compte que j’avais des voisins adorables!

Puis ce qui me paraît le plus important, c’est la remise en question de ma consommation.
Je réfléchis à ce que j’achète, j’évite ce qui n’est pas utile.
J’ai par exemple, toujours dans mon sac, une fourchette, une serviette, une paille, un sac en tissus… qui me permettent d’éviter tout ce qui est jetable.
Même si la encore, je ne suis pas parfaite: rien que pour me sonder, j’utilise beaucoup de plastique à usage unique.

Ne cherchons pas à être parfait 

Ce qui me dérange le plus dans cette tendance est le nom qu’elle porte.
Je ne pense pas que l’on puisse être complètement  zéro déchet et ce terme peut faire peur.

logo du World clean up dayIl ne s’agit pas d’être parfait, juste de chercher à diminuer ces déchets dans le but d’un vivre ensemble meilleur.
Prendre conscience de ses gestes, de ce que l’on fait sans même y penser est riche pour chacun de nous.

De plus, ça me parait essentiel de ne pas toujours chercher un coupable, même si c’est certain que tout ne dépend pas uniquement des volontés individuelles.
Samedi avait lieu le World clean Up Day.
Il s’agissait d’une action mondiale de ramassage des déchets.

Bien sûr, le premier geste à faire est de ne pas jeter ses papiers, mégots… dans la rue.
On pourrait être tenté de dire, «  je ne jette pas par terre, donc je n’ai pas à ramasser ».
Sauf que l’on vit tous sur la même planète.

Quand je sors me promener dans mon quartier, si mes roues se bloquent tous les trois mètres sur un mégot (oui oui je vous jure un mégot arrive à bloquer mes petites roues), ou un verre en plastique…, je retire moins de plaisir de ma promenade.
Alors, je continuerais à ramasser un papier ou autre qui traîne, pour le mettre dans la poubelle la plus proche.
Ça ne fait pas de moi quelqu’un de formidable ou altruiste, juste une personne qui apprécie d’avoir un joli quartier, une belle ville, une planète magnifique.

Et en allant sur sa chaîne, ne passez pas à côté de celle du rap du coton tige, je ne m’en suis pas remise!

3 commentaires sur “Tendance zéro déchet mais encore….

  1. Ah Ah c’est fou, je suis moi aussi en plein dedans et en faire un article faisait partie de la liste des prochains. J’attendrai un peu du coup. Alors oui, tote bag, dentifrice savon et shampoing solides, courses au marché et achats en vrac avec mes sachets en papier recyclés que je réutilise d’une fois sur l’autre… Comme tu dis, on a l’impression de faire quelque chose. Malheureusement la poubelle de sondes trahi notre dépendance à ce fichu plastique et ça me désespère…

    1. Hihihi désolée !
      Pour les sondes tout à fait d’accord.
      J’ai même demandé à mes différents revendeurs s’il y avait qqc de prévu s’il y avait une réflexion autour de ça,ils ont cherchés mais rien nada!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *