Ménage zéro déchet et personnes extérieures

Donald en train de passer le balai espagnol

Le ménage, parlons en!
Et aussi du regard que peuvent y porter des gens extérieurs !

Quand on ne fait pas soi même son ménage, passer à des techniques respectueuses de l’environnement n’est pas toujours simple.

Réflexion globale

Cela fait maintenant quelques mois que je mène toute une réflexion autour de ma consommation.
Je vous en avais déjà parlé dans un premier article: Tendance zéro déchet mais encore.
Cette prise de conscience écologique revêt de nombreux visages.

Dans mon quotidien, j’ai décidé d’être plus responsable.une main portant un globe vert représentant la terre et un papillon volant au sommet
Je veux faire au mieux pour ne pas avoir un impact écologique exorbitant.
Je ne suis toujours pas parfaite et je coûte cher rien qu’en prenant l’avion pour mes coupes du monde d’escrime.
Mais justement, ce fait que je ne peux/veux pas changer (aller au Japon en bus me paraît un brin compliqué!) me pousse à faire encore plus attention le reste du temps.

Donc chez moi, je ne laisse pas inutilement les appareils électroménager allumés.
J’essaie d’être raisonnable dans ma consommation d’eau.
Je met également le thermostat général de l’appartement assez bas (sans toute fois prendre le risque de me transformer en bonhomme de neige).
Et je réfléchis à ma manière de faire le ménage.

Intervention extérieure

Comme je vous en avais déjà parlé plusieurs fois, j’ai chaque semaine des auxiliaires de vie. femme souriante un plumeau de ménage marron à la main
Elles sont essentielles pour que je puisse rester autonome chez moi.

Elles ont de nombreuses missions et l’une d’entre elle concerne le ménage.

Ce ne sont pas des femmes/ hommes de ménage.
Pour autant, elles en font quand même et me permettent de garder une maison propre.
Mais voilà, faire rentrer une personne chez soi n’est pas simple surtout quand elle se retrouve à devoir faire ce que vous ne pouvez pas assurer.

Tout le monde a ses manies, ses propres manières de faire.
Leur travail est justement de respecter les habitudes de chacun.
Mais cela peut-être compliqué de faire les choses de manière complètement différente selon la personne chez qui vous allez.
Du coup, il m’arrive souvent de devoir répéter mille fois ou de devoir vérifier que ce que je demande soit respecté.

Ménage et absence de produits ménager

La première chose qui surprend toujours est que je n’ai pas de produits ménager.
Enfin si, j’en ai mais ça se résume au vinaigre blanc, bicarbonate et savon de Marseille.
Pas besoin de chercher le produit pour récupérer la baignoire, celui pour laver les vitres ou dégraisser le plan de travail ou désinfecter les toilettes…une éponge bleu une jaune, deux bocaux vinaigre blanc et bicarbonate et deux moitiés de citron

Ma maison est propre mais sans tous ces produits qui sont à mon sens, cher et mauvais pour la planète.
J’aime les produits qui ont plusieurs utilisation et dans ce domaine rien de mieux que les trois produits que je viens de vous citer.

Donc résumons :

vinaigre blanc: adoucissant pour la lessive (avec quelques gouttes d’huiles essentielles), désinfectant, dégraissant si on l’associe au bicarbonate, lave vitre.
                          Je prépare des bouteilles où je mets environ un quart de vinaigre et des écorces d’oranges où quelques gouttes d’huile essentielle de lavande.

bicarbonate : agent blanchissant pour la lessive, nettoie et désinfecte en association au vinaigre blanc, il me sert même pour mes produits d’hygiène (ce sera pour un prochain article) et pour la digestion
savon de Marseille : dégraissant pour la vaisselle, détachant pour le linge

Ménage ; faire au plus simple

Donc chez moi, pour faire la vaisselle, on utilise une brosse en bois que l’on frotte sur le savon de Marseille.
J’ai aussi une brosse en paille d’acier pour frotter les casseroles par exemple.

tawashi et brosse vaisselle à gauche

Pour les surfaces de travail et la table, j’ai un tawashi.
Rappelons le, les éponges du commerce sont des dérivés de produits pétroliers et sont excessivement polluantes.

Pour le sol, je fais un balayage humide.
J’ai une pelle et une balayette pour les coins ou les endroits plus difficilement accessibles.

C’est une technique que j’avais apprise en crèche.
Je trouve ça plus propre que l’aspirateur et ça n’utilise pas d’électricité.

Pour laver, j’utilise le même balai avec une autre serpillière que je trempe dans de l’eau très chaude où je mets un peu de vinaigre blanc parfumé.
Et cerise sur le gâteau, ces techniques permettent qu’en cas de besoin (genre mon chat qui fait pîpi par terre!) je puisse le faire seule.

Expliquer où se justifier

Faire le ménage de cette manière est pour moi d’une simplicité déconcertante: allez lire l’article de Lauraki pour en savoir encore plus.
Mais, j’entends tout à fait que ça peut surprendre.

Je change souvent d’auxiliaire de vie et à chaque fois, je dois tout expliquer.enfant avec lunette rouge, en position de réflexion avec point d'interrogation blanc au dessus de sa tête
C’est normal d’expliquer comment ma maison fonctionne même si des fois ça peut être franchement agaçant.

Sauf que voilà, des fois je dois en plus me justifier.

J’ai eu des personnes qui m’ont fait des remarques pas très agréables.
Certaines sont allées jusqu’à m’expliquer comment je devrais faire.
Sauf que voilà ma maison est propre et ce sont mes choix !

Je trouve cela très bien d’expliquer ma démarche, de parler de l’impact écologique des éponges, de discuter autour de la toxicité des produits ménagers.
De plus, je trouve important de pouvoir répondre à un « c’est pas parce qu’une personne fait attention que ça va changer quelque chose ».
Tous les petits gestes comptent et je vous conseille d’aller voir le site de on est prêt pour en être convaincu et faire le votre.

Mais voilà des fois, je suis fatiguée.
Parfois, j’ai mal ou simplement je suis occupée.
Du coup, la nuance entre explication et justification s’amenuise dans mon esprit.

Je suis fière des choix que je fais.
J’aime l’odeur et la propreté de ma maison donc tant pis, je continuerais à déranger un peu, à faire s’interroger les gens et surtout à suivre mes idées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *