Joyeux bloganniversaire!

Rho ! Je suis en retard ! Le blog a eu un an le 29 octobre 2015!
Alors avec un peu de retard bon anniversaire à lui !

Origine

Ce blog a débuté par un premier article écrit ailleurs. Ici précisément.
Il a eu plus de mille vues, ce qui était énorme, paraît-il!
On m’avait déjà dit, puisque je ne travaillais pas, que je devrais tenir un blog.
Enfin faire un blog pour faire un blog, je ne voyais pas l’intérêt.Un blog, pfff

Faire un blog beauté, euh comment dire ; déjà il y en a quinze à la douzaine puis ce n’est pas vraiment mon domaine!
Un blog sur le thé «ben oui, t’es passionnée, tu connais plein de choses » ; certes je connais un peu le thé mais ma connaissance reste avant tout gustative et je n’ai pas les moyens d’en essayer souvent.
« Tu es handicapée, tu as qu’à parler du handicap. », un peu réducteur comme moteur vous ne trouvez vous pas?
Un blog sur la sclérose en plaques, alors.

Mais ça existe tout ça et quel intérêt, je n’ai rien de plus à dire.

Mon mantra!

Soyons honnête,  écrire, et en plus aux yeux de tout, brrr, ça me faisait froid dans le dos.
Puis ma cousine et mon ami ont, en insistant, planté une petite graine dans mon cerveau.

paysage
Cliché de Dulcie Falgon

L’article en question date du 27 avril 2014, le blog du 29 octobre donc vous voyez la petite graine a pris le temps de germer, de voir ce qu’elle voulait devenir, de s’épanouir.

J’ai arrêté de me demander si j’avais des choses à dire et j’ai pensé à ce qui avait de l’importance pour moi et ce que j’avais envie de crier au monde entier.

Ce n’était pas énorme, c’était plus une constatation de laquelle découlait une valeur, un mantra de vie: on voit sans regarder, on entend sans écouter, on ne réfléchit pas à ce qui se passe à côté de nous, on se perd dans nos soucis, notre quotidien et c’est dommage il y a tellement de choses juste à côté de nous pour s’émerveiller, se révolter, sourire, réfléchir.
Et ça a donné ça : « Je veux donner à voir, à entendre, à lire, ce que, perdu dans le quotidien, on oublie de regarder, d’interroger. ».

Le premier pas était fait.
Le deuxième a été le nom du blog qui est venu comme une évidence.
Après ne restait plus qu’à tout créer !

 

Naissance

Certes, j’avais décidé de me lancer dans cette belle aventure mais en sachant surtout ce que je ne voulais pas, plus que ce que je voulais.

Je ne voulais pas d’un site qui ne parle que du handicap ou de la maladie.
Je ne voulais pas d’un site triste ou sérieux.
Je ne voulais pas de menus déroulant (bon ça, ça a évolué!).
Je voulais surtout me retrouver dans ce blog qui après tout comme me disais mon ami, m’appartenait.

Il y a plein de règles, quand vous créez un blog ; ne pas mettre un fond trop foncés, choisir des sujets accrocheurs, avoir des publications régulières…regles-d-or-emailing-300x229
Des fois toutes ces règles sont devenues pesantes:à trop écouter les  » il faut » je me perdais complètement.

J’ai aussi compris que quoique j’ai pu dire, le nombre de personnes venant me lire avait de l’importance à mes yeux.
J‘en ai même parfois apporté beaucoup trop.
Je crois que j »ai eu envie de sortir du lot, d’être reconnue. Quelle prétention et quelle naïveté !
Si vous ne l’avez pas lu, allez lire cet article sur les commentaires de blog. Vous comprendrez peut être pourquoi quand je publie un article je passe plusieurs jours à guetter les chiffres et surtout tous les commentaires !

 

Un  bloganniversaire d’un an!

Il y a quelque temps on m’a dit que j’étais généreuse dans ce que je partageais, dans ce que je mettais en lumière qui n’a en soit rien d’exceptionnel et que beaucoup d’autres peuvent ressentir dans leur coin.
Alors pourquoi je parle de choses aussi intimes que le harcèlement scolaire que j’ai vécu, de mes problèmes urinaires, d’amour et de maladie chronique qui même si l’article ne parle pas de moi, me concerne.
C’est vrai pourquoi ?

Je me suis aussi posée la question de la limite à respecter. De ce que je pouvais dire et ce qui n’appartenait qu’à moi ou à mes proches.
Le jour où un d’entre eux m’a dit « tu vas le mettre sur ton blog, ça » en parlant de ce qu’on venait de vivre ensemble.
J’ai réalisé que parler n’était pas anodin.

Je ne publie pas ma vie et pourtant si on suit avec assiduité mon blog (je ne vise personne hein!) on en apprend beaucoup.
Ce qui reste important pour moi c’est de parler de ces choses dont personne n’ose parler et pour lesquelles, je me dis qu’ il n’y a pas de raison.
On n’a jamais à avoir profondément honte de soi.
On peut ne pas être fière de certaines choses mais avoir honte de ce qu’on est, non.

Des bisous de bloganniversaire pour chacun de vous!
Des bisous de bloganniversaire pour chacun de vous!

Même, si je n’y avais pas pensé au départ, je sais que certain de mes articles parlent aux gens, voir les aident et tant mieux.
Je ne m’en crois pas pour autant plus forte, ni différente mais ça me touche et me donne une raison de plus de continuer.

Et ne vous inquiétez pas, des articles j’en ai encore toutes une flopée à écrire et je n’aurais honte d’aucune partie de ma vie même de celles qui m’ont fait baisser la tête, surprendront, ou feront partir des personnes en courant.
Je resterai entière pour moi et aussi pour vous, pour que vous continuiez à me lire, à m’écrire des commentaires (encore quelques efforts, et vous serez presque nombreux!), à réfléchir à mes propos, à ne plus vous sentir seule, à réfléchir. Et au fait, MERCIIII!

4 réflexions au sujet de “Joyeux bloganniversaire!”

Laisser un commentaire

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading