Le jugement permanent m’épuise

Aujourd’hui c’est parti pour un article réactionnel!
Je ne vais pas parler politique même si c’est ce climat d’entre deux tours qui m’aura inspiré cet article.
Parlons plutôt jugement des autres.

Débats et désaccords

Quel qu’en soit le sujet, discuter entre amis autour d’un thé est souvent un moment très agréable.
On peut ne pas avoir les même avis mais c’est justement quand on n’est pas d’accord que les discussions sont les plus intéressantes.

Et pourtant, je n’aime pas ces moments qu’on pourrait qualifier de débat.débats et désaccords
Débattre, donner son avis, entendre celui des autres est passionnant sauf quand ces mêmes autres pensent avoir raison et vont tout faire pour vous faire changer d’avis et c’est bien trop souvent le cas.

Je ne dis pas avoir raison mais mon avis est le mien et j’aime qu’il soit respecté, que je le sois dans ce que je suis, même dans mes imperfections.
Tiens ça rejoint un peu l‘article de la semaine dernière et le fait que j’ai compris que je n’avais pas à être parfaite en tout et que j’avais même le droit de penser des idioties.

La haine de l’autre

En ce moment, j’entends, je lis en permanence des jugements sur le vote des uns et des autres.

nohate-1125176_640Mon avis en matière de politique n’a aucun intérêt  ici, mais ce qui me choque c’est qu’on passe son temps à condamner l’autre sans même le connaitre ou l’écouter.
« S’abstenir est une honte, si la France va mal c’est la faute des abstentionnistes », « Voter FN est un sacrilège, un manque de respect envers tous, une stupidité », « Voter Macron c’est faire le jeu des riches, ne pas réfléchir ».

Et si on arrêtait deux minutes d’énoncer des jugements à la petite semaine.
On a le droit d’avoir ses avis mais on n’a pas la science infuse, jamais.

Pour moi, juger ouvertement l’autre sans même chercher à parler avec lui est l’expression d’un non respect et d’un non amour de l’autre, de la différence.

Ce n’est pas parce que mon amie pense différemment de moi qu’elle en est une personne mauvaise; tant qu’elle respecte nos désaccords, je ne vois pas où est le problème.
J’ai des amis ou de la famille dont le vote ne correspond pas du tout à mes points de vue (mais alors pas du tout), ce n’est pas pour autant que je n’aurais pas envie de les écouter quitte à leur dire que vraiment je ne suis pas d’accord avec leurs idées.

 

Jugement en tout
mind-2197437_640

Certes la politique est partout donc c’est elle que je mets en exergue ici, mais cette faculté à juger l’autre dans sa différence est partout, tout le temps.
Une personne handicapée va être jugé si on trouve qu’elle ne se bouge pas assez pour « dépasser » son handicap, une personne célibataire va être jugé parce qu’elle est seule et que d’une manière ou d’une autre elle en est responsable, une femme va être jugé si elle a un avis qu’on qualifie de féministe…

Il y a mille et un sujets dans notre société qui font débat et pourtant combien de personnes prennent le temps d’essayer de comprendre.
Il y a peu j’ai vu un reportage sur les personnes transgenres.
Au premier abord, cela m’a fait bizarre mais j’ai trouvé cela passionnant d’entendre des personnes concernées expliquer ce qu’elle ressentaient.

 

Cet article n’est pas très long, il n’est qu’une série de pensées personnelles parce que je trouve que cette ambiance de jugement permanent, épuisante.
Mais vous qu’en pensez vous?

 

 

Enregistrer

Enregistrer

2 réflexions au sujet de “Le jugement permanent m’épuise”

  1. Parfaitement parfait madame 😀 De mon côté ce qui m’agace, c’est lorsque les gens, sous prétexte que tu développes tes idées, que tu donnes tes arguments, partent du principe que de toute façon tu veux toujours avoir raison. NON. Mais si on veux m’amener à dire que je me suis trompée (ce qui ne me gène pas lorsque c’est le cas), il est normal que j’annonce d’abord ce que je crois, difficile de me montrer que ce n’est pas tout à fait exact autrement. N’est-ce pas une fuite un peu trop facile au débat justement ? Du coup maintenant, je n’essaye même plus si je n’ai pas en face quelqu’un capable d’aller jusqu’au bout de ce qu’il a à dire et ensuite, comme tu dis, capable de respecter des différences d’opinions sans pour autant avoir du mépris pour ce qui n’est pas ce que lui cautionne. (Et malheureusement ça devient rare)

    Répondre
    • Tout à fait d’accord. J’ai passé plusieurs années à ne pas donner mon opinion à cause de ça maintenant je la donne par ce que je me dis qu’elle a autant de raison d’une autre d’exister.
      J’aime discuter et entendre l’autre si son but n’est pas de me prouver que lui a raison et moi tort.

      Répondre

Laisser un commentaire

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading