Transformers: le fauteuil verticalisateur

Connaissez-vous le nouveau grand ami de ma vie?
Il a quatre roues lui aussi mais non ce n’est pas mon fauteuil, enfin si mais non.
Le grand le beau est un fauteuil verticalisateur!

 

Principes et utilité du fauteuil verticalisateur

fauteuil verticalisateurLe principe du fauteuil verticalisateur est de permettre à une personne qui ne peux plus tenir sur ses jambes, de se mettre en position debout.
Il ne permet pour autant pas de se déplacer en station debout.

Il en existent des manuels et des électriques, ceux-ci étant alors beaucoup plus volumineux.
Mais quels intérêts ont-ils?
Il y en a plusieurs.
Cela a des atouts au niveau de la santé : la circulation du sang, la digestion, la position des organes…
Aujourd’hui, la position normale de l’être humain n’est pas d’être plié en deux  à longueur de temps!
L’autre atout est qu’il permet de se grandir : on peut atteindre des objets à hauteur de visage et il permet aussi d’être à la même hauteur lors d’une discussion par exemple.

 

Qui y a le droit ?

C’est un fauteuil qui peut être pris en charge par la sécurité sociale.
Bien sûr, elle ne prend pas en charge la totalité de son coût mais le fait qu’elle en rembourse une partie permet de faire fonctionner sa mutuelle ou la MDPH.

C’est le médecin rééducateur qui décide de son utilité et peut vous le prescrire.

Votre situation pourra être évaluée lors d’un séjour en centre de rééducation, par exemple.
Vous pourrez alors faire des essais auprès d’un revendeur ce qui vous permettra de voir si ce genre de matériel vous convient et s’il vous serait utile.

Le coût en est élevé (plus de 4000 euros) et même s’il peut nous être remboursé (grâce à différents organismes), il est important d’en être conscient et de ne pas faire le choix de se lancer dans l’aventure un sur un coup de tête.

 

Dans le monde du travail

La première fois que j’ai vu un fauteuil verticalisateur, il était électrique et c’était en centre de rééducation.fauteuil verticalisateur et travail
Je n’en voyais pas réellement l’utilité et surtout c’était très volumineux.
Pour moi, je l’associais à un handicap plus lourd et à un objet plus futil qu’autre chose.

Puis il y a quelques mois, en me rendant à Decathlon, j’ai été servi par une vendeuse en fauteuil roulant.
Quand je l’ai vu se verticaliser pour atteindre l’ordinateur afin de regarder l’état des stocks, j’en suis restée baba!
Elle était en fauteuil manuel et elle pouvait se verticaliser et par voie de conséquence travailler comme n’importe quel vendeur.
Je l’ai regardé avec des yeux de merlan frit pendant un bon moment!

 

Fonctionnement d’un fauteuil verticalisateur

fauteuil-verticalisateur-manuelQuand peu de temps après, je suis allée en rééducation et que l’on m’a parlé de ce genre de fauteuil, je me suis souvenue d’elle.
Ma première réaction a été que je n’en avais pas besoin (pff, vouloir me grandir, ça sert à rien), que je n’avais pas les moyens et pas de place chez moi pour le stocker.
On a alors beaucoup discuté avec le revendeur et les ergothérapeutes qui m’ont expliquée quelle en été l’utilité et comment ça fonctionnait.

Le fonctionnement est vraiment simple : vous vous asseyez dans votre fauteuil, vous mettez une sangle abdominale, vous positionnez le support sub-rotulien (une barre avec des supports en mousse que l’on place en dessous des genoux et qui vous soutient), et vous actionnez des espèces de fausses mains courantes qui grâce à deux vérins font se lever l’assise du fauteuil.
Je craignais de tomber ou de basculer du fait de mon absence de contrôle au niveau abdominale, mais la sangle et le support sub-rotulien sont justement là pour ça.
Des personnes paraplégiques peuvent également s’en servir.
Contrairement à ce que l’on me dit parfois, ça ne me demande pas de force particulière car il est réglé pour moi donc pour ma force.

 

Transformers

J’ai eu quelques difficultés à accepter ce nouvel objet dans mon quotidien.
Je n’ai dit oui qu’après une longue, très longue réflexion.
Bizarrement, faire une place à un nouvel objet en lien avec le handicap me rappelait que j’étais handicapée, au cas où je l’oublierai, on ne sait jamais !

Pourtant, tous les arguments étaient là, une maison avec plein de placard en hauteur, une plaque de cuisson et un évier que j’atteignais difficilement, une nécessité de me verticaliser régulièrement (dixit mon kiné et mes médecins)…
J’ai fait un essai chez moi pendant une semaine.

lsa_stand
Mon transformers à moi!

Mon frère a failli pleurer en me voyant debout!
J’ai failli crier de joie quand j’ai pu faire ma vaisselle pour la première fois!!

Et finalement, j’ai fini par dire oui et par accepter de jouer à transformers.

Du coup, j’ai un fauteuil d’intérieur (oui parce que pour l’instant il ne sort pas même si bien sûr c’est tout à fait possible) et un d’extérieur.
C’est la grande classe quand il pleut ou que j’ai malencontreusement roulé dans une crotte de chien!
Il est « mes pantoufles transformers » et je les adore!!

A consulter pour plus de détails: fabricant français.

 

4 réflexions au sujet de “Transformers: le fauteuil verticalisateur”

  1. Et même que le mien, il est rose fuschia d’abord ! Ahah ! Non plus sérieusement, c’est super pour se verticaliser et garder os + tension au beau fixe. Cela dit, moins j’y passe de temps, mieux je me porte parce que ça reste un fauteuil électrique donc encombrant…

    Répondre
      • Oui, c’est étrange parfois lorsque je passe de l’électrique au manuel, ça me fait le même effet que celui que j’avais lorsque je m’asseyais après être restée longtemps debout. En mode « ça fait du bien de s’asseoir » ahah.
        Pour la couleur, à part ça j’avais le choix entre bleu industriel, rouge Ferraris ou gris triste alors bon… Un peu de fun ne fait pas de mal ^^

        Répondre
        • Très drôle les sensations qu’on a des fois et qui nous ferez regarder bizarrement par un marchant à deux pattes!!
          Pour la couleur, je comprend!

          Répondre

Laisser un commentaire

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading