Stationnement prioritaire: abus ou droit

Ce symbole vous rappelle quelque chose? Ne serait-ce pas le sigle que vous avez vu ce matin en allant faire vos courses au supermarché, marquant les seules places libres du parking ? C’est ça ! Mais savez-vous exactement à quoi ça correspond et surtout ce que ça implique ?

Les places prioritaires

Il y avait un slogan qui avait marqué les esprits il y a quelques années: «prends ma place, prends mon handicap».
On m’en parle encore!
Donc rappelons la loi: « Toute personne, y compris les personnes relevant du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre et du code de la sécurité sociale, atteinte d’un handicap qui réduit de manière importante et durable sa capacité et son autonomie de déplacement à pied ou qui impose qu’elle soit accompagnée par une tierce personne dans ses déplacements, peut recevoir une carte de stationnement pour personnes handicapées.  » (article de loi)
Auparavant, ces places étaient réservées aux personnes en possession du macaron GIC ou GIG (grand invalide civil et grand invalide de guerre).
Depuis 2000, ce macaron a été remplacé par la carte européenne de stationnement qui fonctionne dans tous les pays de l’UE.
Donc oui je peux me garer à Rome sur une place de stationnement prioritaire.
Ces places ne sont pas construites au petit bonheur la chance mais en suivant des normes bien précises : largeur, pente et dévers, sol, agencement, hauteur du trottoir.
Toutes ces normes qui peuvent paraître barbares et que vous ne voyez pas quand vous voyez le petit panneau bien connu, permettent à une personne en fauteuil roulant, ayant besoin d’aide humaine ou ayant une prothèse de pouvoir sortir en toute sécurité de son véhicule.

Carte de stationnement prioritaire

La carte se demande à la maison départementale des personnes handicapées (MDPH).
La décision est prise par le préfet après visite médicale.
Dans certains cas, la demande peut être faite auprès d’organismes.
La condition est d’avoir des difficultés à se déplacer: périmètre de marche inférieur à 200 mètres, recours systématique à une aide humaine, prothèse d’un membre inférieur, canne, déambulateur ou autre appareillage, fauteuil roulant. Les personnes qui ont besoin d’un accompagnement dans leur déplacement peuvent également l’obtenir. (article de loi).

La carte peut être attribuée pour un temps donné ou sans limite de temps (article de loi). Par exemple pour ma part, tous les 5 ans je dois la refaire à cause de l’aspect évolutif de ma pathologie.

Il m’arrive d’entendre des personnes dire « je ne comprends pas pourquoi telle personne a une carte, franchement elle n’en a pas besoin. » Si elle l’a, qu’elle est valide bien sûr et pas fausse, c’est qu’elle y a droit même si vous, en la regardant deux minutes, ne le voyez pas.
Si vous saviez le nombre de fois où moi ou mon conjoint nous nous sommes faits réprimander par des « bien pensant » parce que l’on se garait sur une place handicapée…

Pourquoi ne pas s’y garer.

D’abord parce que c’est la loi et que vous apprenez à vos enfants qu’on doit la respecter alors le principe « faites ce que je dis pas ce que je fais » c’est assez moyen.
Puis, ça coûte cher! Se garer sur une place de stationnement prioritaire sans en avoir le droit peut vous valoir une amende pouvant aller jusqu’à 750 euros et au minimum 135 euros si vous payez dans les 45 jours. (article de loi)
Mais selon moi, la raison principale est le respect, la considération de l’autre.

 

Cette vidéo m’a fait réfléchir parce que je n’avais jamais pensé que sur un parking les conducteurs ne me voient pas.
Il y a peu, cela m’est arrivé « en vrai »; j’ai eu peur et je me suis dit « ah oui quand même ». Par contre la conductrice m’a regardé mais ne s’est ni excusé ni quoi que ce soit. Elle ne m’a pas insultée, c’est déjà pas si mal….
Puis il y a aussi cette vidéo réalisé par des lycéens,qui m’a fait sourire:

Il y en a une autre où l’on voit un monsieur ne pas pouvoir rentrer dans sa voiture parce que un autre conducteur c’est garé sans respecter la place handicapé.
On voit qu’il attend , il y a un urinoir sur le siège passager et on le voit finalement avec le pantalon tout mouillé. Elle a tellement un goût de vérité à mes yeux. Je reconnais que dans des cas similaires où je manquais me faire pipi dessus parce que les gens ne respectent pas le logo handicapé (sur un parking ou des WC) , ça me rend folle. Le handicap c’est aussi toutes ces choses auxquelles on ne pense pas quand on est valide.

Puis dernier point, pour rentrer dans leur voiture, les personnes qui ne peuvent pas du tout se lever doivent pouvoir mettre le fauteuil juste à coté du siège de la voiture mais pour cela, faut-il qu’il y est la place de la faire, d’où des places plus grandes!

Fraudeurs

Alors c’est vrai se retrouver à faire dix fois le tour du quartier pour trouver une place et voir la place handi libre peut être agaçant, je comprends. Puis des fois c’est juste pour acheter une baguette.
Certes mais c’est la loi!
Puis moi aussi il m’arrive d’aller juste acheter ma baguette. Et disons le, je ne suis pas la seule handicapée sortant de chez moi donc une place simple et unique est rapidement prise même si on ne prend en compte que les personnes qui en ont le droit.stationnement prioritaire; agacement

Il m’est arrivé de devoir rentrer chez moi sans avoir fait la course pour laquelle j’étais sortie, parce qu’une personne s’était garée sur la place prioritaire pour décharger. Pour moi, c’est de la fraude. Je sais que souvent c’est parce que les gens n’y pensent pas où que c’est plus pratique mais ça reste de la fraude et du manque de respect (vous pouvez voir sur notre sclérose cet album des incivilités).

Alors oui cette carte a un avantage: hors des grandes villes, je trouve une place le plus souvent assez rapidement par contre si je n’en trouve pas, la galère commence et continue quand je dois sortir de ma voiture, monter sur le trottoir, atteindre mon objectif en tenant compte des trous, poteaux ou autres aléas de la circulation en fauteuil roulant.

Il y a aussi des fraudes aux cartes. Soyons honnêtes c’est devenu un vrai business.
Les cartes sont photocopiées, volées. Sur paris, il y aurait 2 cartes sur trois qui seraient fausses.
C’est un problème agaçant pour les personnes handicapées et les valides qui ne comprennent pas pourquoi une personne qui va très bien peut se garer à deux pas de la porte du magasin. Ce n’est pas parce qu’on voit quelqu’un sauter d’un pont qu’il faut le suivre.

Ce petit article n’a pas pour visée de vous faire la morale juste de vous expliquer pourquoi c’est vrai que se garer sur ses places même pour deux minutes, ce n’est pas bien et c’est même dangereux, pas pour vous mais pour moi. Elles n’ont pas juste un petit panneau c’est comme qui dirait le sommet de l’iceberg.
Et même si ça agace (et ne me dites pas non, parce que j’ai régulièrement des remarques), elles ont un sens et une raison d’être.

 

Pour aller plus loin:
 guide du stationnement handicapé

Et si les problèmes de société liés au handicap vous intéressent, vous pouvez aussi lire:

La société française et ses loupés                                        ni pauvre ni soumis : une revenu d'existence

Enregistrer

8 réflexions au sujet de “Stationnement prioritaire: abus ou droit”

  1. Ça me rappelle un spot de sensibilisation que j’avais vu il y a longtemps et qui m’avait marqué : on voyait plusieurs situations dans lesquelles l’environnement était adapté aux personnes handicapées uniquement (soit en fauteuil, soit aveugles…) Et là-dedans, une personne valide était toute perdue. Il s’agissait de montrer que vivre dans un monde non adapté, ce n’est pas facile. D’où l’importance de respecter les aménagements spécifiques, car ils ne sont pas nombreux. Faudra que tu nous parles un jour de la circulation piétonne en ville avec un fauteuil ! J’y pense toujours quand je vois des rampes d’accès mal situées, des poteaux électriques en plein milieu des trottoirs, etc.
    (Impossible de trouver la vidéo dont je parle, ça m’énerve ! Mais tu la connais peut-être ?)

    Répondre
    • Oui je le connais.
      Il m’avait fait un peu peur parce que j’ai beau être handicapée et en baver des fois je ne souhaite pas un monde comme dans la vidéo mais plutôt un où chacun pourrait trouver sa place. Mais en même temps tu as raison il montre une réalité inversée.

      Répondre
  2. Hello !
    Stationnement « réservé », vaste problème! Pour ma part, je me bats tout le temps pour que je puisse en bénéficier (me déplace en fauteuil roulant) contre les nombreux cas d’incivilité : pas de carte, usage d’une carte empruntée ou volée, voire fausse carte « bidouillée » grâce à internet et photoshop… Un mal bien français qui relève de l’éducation personnelle et collective. Mais concernant cette dernière, tant que les pouvoirs publics ne cesseront pas de repousser les échéances d’obligation d’accessibilité de tous les lieux publics, pourquoi devrions nous attendre de nos concitoyens une attitude respectueuse du handicap ?
    Bravo pour ce blog et à bientôt, peut-être..

    Répondre
    • Merci pour le compliment.
      Je pense que souvent les gens ne voient pas, n’entendent pas. Et que l’on soit handicapé, immigré, pauvre… on souffre de cette égoïsme non volontaire (ou volontaire, je ne me leurre pas non plus) qui fait que personne ne prend vraiment le temps de regarder ce qui se passe à côté de lui.

      Répondre
  3. Tu vois on a beau dire… C’est vrai que c’est logique, mais c’est surtout question d’éducation. Avant mon accident, jamais me garer sur une place pour handi ne m’aurait ne serait-ce qu’effleuré l’esprit. Pourtant je ne connaissais pas vraiment le pourquoi du comment. Alors je me dis que ça ne sert à rien d’expliquer tout ça car les gens égocentriques le seront tant qu’ils ne seront pas « dedans » et c’est à la fois triste et désespérant.

    Répondre
    • En fait je me dis le contraire. C’est comme les enfants, tant qu’ils ne comprennent pas ils n’impriment pas.
      Je ne pense pas que ça changera quoi que ce soit pour celui qui s’y gare tout le temps qui n’en a rien à faire.
      Par contre celui qui juste des fois hésites parce qu’il en a que pour deux minutes ou je ne sais quoi je pense que c’est important de mettre les yeux là ou il faut.
      Et si cela ne fait réfléchir qu’une personne je trouve déjà ça bien.
      Une amie à moi m’a dit qu’elle n’avais pas pensé au fait que j’avais la taille de sa petite de cinq ans sans la maman qui va avec. Maintenant elle en a pris conscience et je suis sure qu’elle y repensera.

      Répondre
      • Oui oui, je ne dis as que ça ne sert à rien et que tout le monde est désespérant. C’est vrai qu’il y a beaucoup de gens que nous arrivons à interpeller comme ton amie, mais il y en a tellement d’autres pour qui ça n’a pas d’importance…

        Répondre
        • Tant pis pour cela. Puis c’est l’histoire du papillon qui bat des ailes à Paris et qui provoque un séisme à Tombouctou (oui je sais ce n’est pas les bonnes villes, mais l’idée est là!), on ne sait jamais ce que la réaction d’une personne peut déclencher.

          Répondre

Laisser un commentaire

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading