L’ amitié: si riche et si effrayante

L’amitié est un concept que je trouve aussi difficile à définir que l’amour.
Chacun a sa définition, sa manière de concevoir une amitié, ses attentes, ses limites.

 

 

 

L’amitié selon…

peinture de Arturo RICCI
peinture de Arturo RICCI

Je me suis amusée à regarder les définitions qui en était donné; dans Wikipédia déjà, apparaît qu’il n’y a pas une seule manière de concevoir ce sentiment.
L’article reprend la conception de l’amitié par de grands auteurs à travers les temps d’Aristote à Jules Romain en passant par Montaigne.

La phrase qui m’a le plus marqué est : « L’amitié serait en fait synonyme de la philanthropie grecque : l’inclination au vivre-ensemble. »
Je trouve cette phrase belle. L’amitié devient d’un coup un sentiment vaste, grand, une façon d’être dans le monde.

Comme je sais que vous êtes de grandes personnes ou tout simplement des personnes curieuses et intelligentes, vous saurez très bien aller lire vous même ce qui est dit dans cet article!
Donc parlons plutôt de la manière dont l’amitié est influencé par ce que l’on vit, de ce qu’il n’est pas toujours si facile de faire de la place à l’autre dans sa vie.

 

Amitié et attachement

L’amitié est un sentiment très vaste.
Je pense que l’on a autant d’amis différents que de cailloux dans une rivière. Pas par leur quantité, mais par la différence du lien qui nous unis.

Il y a :

  •  les amis d’enfance avec qui l’on garde plus ou moins contact,  avec qui l’on a plus ou moins d’accointances mais qui restent des personnes avec qui le passé nous lie.
  • les potes de soirée avec qui on passe les meilleures soirées d’insouciance, mais avec qui on ne parle pas forcément de sa vie.
  • les amis intimes avec qui se crée un lien particulier. Les personnes avec qui on peut parler de ses douleurs, de ses rêves, de sa passion pour le tricot de haricots (aucune passion ne paraîtra ridicule à un ami).
  • Les amis/copains avec qui on partage une passion très forte, avec qui on se sent emporté dans le monde qui nous plaît, avec qui notre vie ne tourne plus qu’autour de cette passion commune.

Mais un lien d’amitié n’est pas forcément classable et il est en perpétuel mouvement.
Je ne pourrais définir aucune de mes amitiés ni dans son intensité, ni dans son rôle dans ma vie, ni dans son importance, ni dans sa longueur présumée.

 

Peur et amitié

L’amitié prend du temps et peut être dangereuse.
On parle souvent en Amour de la peur de s’engager, des souffrances liées à une séparation mais on parle beaucoup plus rarement de ces mêmes aspects en amitié.
Récemment ce post de madmoizelle m’a permis de me sentir moins seule dans ma conception de l’amitié.
L'amitié peut faire peurQuoi il n’y a pas qu’en Amour, qu’on a le droit de souffrir ?
Quoi l’amitié serait de l’amour aussi ?

J’ai eu tendance pendant longtemps et j’ai toujours un peu tendance à ne pas vouloir m’attacher, à ne pas vouloir laisser rentrer l’autre dans ma vie quelle que soit sa porte d’entrée (escrime, soirée, discussion….).
Se lier à quelqu’un c’est prendre le risque de souffrir, rester de simples connaissances est plus simple surtout quand on cache un cœur en guimauve sous un enrobage de béton armé.

Et étant donné que j’ai la diplomatie d’un alligator, la douceur d’un hérisson et la paranoïa d’une victime de serial killer, avoir un/une amie et le/la garder me demande beaucoup d’attention!

 

Image de soi et amitié

Je pense que notre capacité à aller vers l’autre est intimement lié au regard que l’on porte sur soi.self-doubt-424968_1280
Il faut reconnaître que dans une société où on prône la perfection, le corps idéal, où Facebook et Twitter nous montre des vies parfaites et bien remplies… il est facile de ne pas se sentir assez bien.

Puis des fois les événements de la vie vient réactiver notre sentiment de n’être pas assez bien, assez belle.
Pour ma part, le harcèlement scolaire (en autre) avait déjà creusé allègrement dans ma capacité à aller vers l’autre, à croire que je pouvais être une bonne amie.
Le handicap a réactivé ce sentiment.
Pourquoi aller vers les autres alors que de toute manière ils ne peuvent pas comprendre et qu’ils passent leur temps à poser des questions qui vous rappelle que vous êtes différent?

 

Amitié et non jugement

Mais des fois la vie vous surprend.
Je ne sais pas si c’est quand on commence à baisser un peu ses barrières que l’on rencontre de nouvelles personnes ou si c’est parce que l’on rencontre de nouvelles personnes que l’on baisse un peu ses barrières. Ça revient un peu à se demander qui est le premier, l’œuf ou la poule? Et ça n’a pas vraiment d’importance!l'amitié enrichit
Comme ont dit « il y a un temps pour chaque chose » et s’ouvrir aux autres en fait partie.

Je suis toujours un peu sauvage, toujours handicapée, toujours un peu différente et pourtant j’ai découvert il y a peu que cela n’avait pas d’importance et pas uniquement pour ces personnes que je connais depuis longtemps et que je considérais hors normes et exceptionnellement formidables!
J’ai compris que créer des liens n’était pas forcément néfaste et pouvait même être agréable, nous enrichir et nous encourager à gravir l’Everest.

J’ai redécouvert le plaisir d’éclater de rire à deux parce que votre amie se retrouve trempé par votre faute, de participer à des activités pas franchement accessibles et où on vous dit « pas de problèmes », de danser en fauteuil au bord d’une piscine et de ne même pas se sentir déplacé, d’avoir le moral à zéro et de recevoir des petits sms qui me redonne le sourire, de déménager et savoir que ça ne changera rien, et ça ça n’a pas de prix.

 

J’ai appris ce que l’on ne devrait jamais oublier: c’est vrai que l’amitié peut faire souffrir, mais nos amis à nous de les choisir pour que la relation soit faite de souffrances parfois, mais aussi et surtout de plaisir, de connivence, d’écoute, de partage.
Et puis faisons fi des conventions et disons JE T’AIME à ces amis.

Alors je t’aime Tchic tchic. Je t’aime marsu. Je t’aime Walabi. Je t’aime Lilison. Je t’aime Béné. Je t’aime Midian. Je t’aime la Gali. Je t’aime Mili.
Et je vous aime tous les autres, ceux à venir et ceux qui sont là depuis longtemps.

Enregistrer

17 réflexions au sujet de “L’ amitié: si riche et si effrayante”

  1. Bonjour, s’agissant d’amitiés prouvées, ma dernière mésaventure Samedi vers 16 h 30:
    Installé comme presque tous les jours en terrasse, fauteuil bien calé,je prenais tranquillement un café en regardant passer les chalands et saluant de vieilles connaissances quant un jeune type arrive faisant mine de s’asseoir, me subtilise à la vitesse de l’éclair mon porte monnaie posé sur la chaise voisine à coté de mes gants !
    Dix personnes, dont 8 amis se manifestent immédiatement et partent à l’assaut du malfrat façon 110m haies olympique mais, ce que j’ignorai, c’est que parmi eux, figuraient un homme et une femme de la BAC qui pistaient en douce mon voleur;
    Deux minutes plus tard, le malandrin arrive menotté et surveillé de près à la limite du lynchage par mes vrais amis.
    Depuis je suis abordé par beaucoup de gens, mes amis m’appellent ou viennent s’enquérir de ma survie, voire de mon traumatisme profond alors que je me suis bien amusé en appât involontaire mais responsable surtout de l’incarcération du détrousseur en route pour le bagne ou presque…
    Du coup, j’ai ressorti l’intégrale de mon vieil ami de Sète trop vite disparu, dont forcément « les copains d’abord « 

    Répondre
  2. Oh la la Ma petite Circette là tu viens de me faire pleurer. Merci à toi mon amie d’être toujours présente, de m’épauler, de m’écouter, de me faire rire, bref d’être TOI; JE T AIME; tchic tchic

    Répondre
  3. l’amitié…Comme une main tendue sur le sentier des jours; la présence invisible qui enrichit la vie…Amie, Ami …Comme un souffle sur l’âme.
    merci pour ce bel enthousiasme communicatif  » Douce Barbare »
    nous sommes tous sur la chaîne d’amitié, une chaîne en fil de soie, chaîne tissée par tous les vivants.
    martine

    Répondre
    • Tua s raison c’est pour ça que la première phrase de wikipédia m’a beaucoup plu. L’amitié est une composante des êtres de la vie de Nous.

      Répondre
  4. Bonjour
    Un blog que je découvre en passant par Myel. Et quelle surprise !!
    Super ce blog .. Dans la conception et dans la forme et dans le fond .
    BRAVO et encore Bravo.
    Bonne continuation,
    Tân

    Répondre
    • Oh merci beaucoup! J’espère que vous reviendrez! Il y a un article de plus tous les lundis!
      Au plaisir de vous lire.

      Répondre
  5. Je t’aime aussi Koa.
    Tu es une femme tireuse bloggeuse koa merveilleusement indéfinissable et je t’adore t’admire te kiffe!!!
    Gros bisous saveur wasabi à ma sister noix de cajou!
    Wallaby

    Répondre
  6. Je t’aime Koala. Merci pour cet article incroyablement touchant.
    T’étais magnifique dans ton fauteuil entrain de danser au bord de la piscine, entrain de prendre une leçon avec un vice champion olympique au soleil levant.
    On va aller au bout de notre rêve!
    Je t’embrasse et quand même au vélo rail tu aurais pu faire un effort pour pédaler!
    Houba!
    Marsu

    Répondre
  7. Magnifique pensée,
    On ne pense que trop rarement de rappeler à nos véritables amis toute notre affection, ces véritables amis qui se révèlent lors de grosses difficultés de la vie, présents à notre côté, et qui grâce a leur présence sincère nous aident à surmonter les épreuves les plus difficiles !!!

    Répondre
    • Merci!
      J’aime me dire que mes amis sont là dans les mauvais moments et les bons. Et c’est vrai que ça fait du bien!

      Répondre
    • arkadaÅŸlar bende 12 yıldır var bu hastalık hiç biÅŸey kulanmıyorum sadece rahatlamaya çalışıyorum 12 yıldır beni öldürmedi bu hastalık emin olun sizide öldürmez sakin olun kitap okuyun kendinizi rahatlatın uÄŸraÅŸacak biÅŸeyler bulun kendinize

      Répondre
  8. Oh bah mince alors ! V’là ti pas que j’ai les yeux embués ! Merci Douce Barbare ! Non : merci TATA 🙂 🙂 🙂 Moi aussi je t’aime !!! Et je suis bien d’accord pour dire qu’on ne dit pas assez à nos amis qu’on les aime.
    Ce texte me rappelle la première fois que j’ai réalisé que l’amitié pouvait être douloureuse et engendrer une peur d’abandon aussi terrible qu’en amour. Je devais avoir 9 ou 10 ans, et ma meilleure copine de l’époque, presque du jour au lendemain, ne s’intéressait plus à moi et passait son temps avec une autre copine, dont je n’étais pas proche du tout. J’en avais pleuré. Ma mère, maladroite mais lucide, m’avait alors dit quelque chose comme : « Ah, ma pauvre chérie, tu sais, ça sera pareil avec les garçons plus tard… » Inutile de te dire que ce fatalisme m’avait d’autant moins aidée que les garçons, je n’en avais alors rien à faire ! Depuis, j’ai noué et dénoué et parfois renoué des amitiés, je me suis laissée surprendre par des amitiés inattendues et des « ruptures » qui l’étaient tout autant, j’ai guetté des marques d’attention d’amies que je croyais/voulais proches mais qui, portées par un courant de vie différent du mien, s’éloignaient de moi. Et depuis peu, j’essaie de prendre les amitiés comme elles vont et viennent, sans me focaliser sur celles qui disparaissent (j’essaie de me dire que c’est normal que « la roue tourne »), et surtout en cultivant comme de belles plantes celles qui perdurent et qui me font si chaud au coeur !
    PS : Plus que dix jours avant ta venue, j’ai trop hâte !!! Merci de nous avoir donné la priorité pour ce week-end-là, c’est adorable. D’ailleurs, je t’adore ! Tu le savais déjà ? Tant pis, je te le redis quand même 🙂

    Répondre
    • Bizarrement les amitiés passent mais dans mon coeur elles restent toujours. Une fois que l’on a mon coeur qu’elle que soit la forme d’amour on le garde à vie c’est peut être d’ailleurs pour ça que je regimbe à le donner trop facilement!

      Répondre

Laisser un commentaire

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading