Aller aux restos du coeur

Il y a de ces choses dont on entend souvent parler mais qu’on ne connaît que de loin.
Les restos du cœur en font partie.

Les restos du cœur pour ceux qui vivent dans une grotte

Non parce que soyons honnête, si vous êtes français, vous avez déjà entendue parler des restos du cœur et ce que vous viviez à Paris où en Ardèche.1ere distribution des restos du coeur

Les restos du cœur ont été crée par Coluche il y a trente ans:
«J’ai une petite idée comme ça (…) un resto qui aurait comme ambition, au départ, de distribuer deux ou trois mille couverts par jour». Les Restos du Cœur étaient nés.

Au cours des années, ils ont beaucoup évolué mais malgré la mort de Coluche les campagnes ne se sont jamais arrêtés.
En 1989, le premier concert des enfoirés a lieu et ce sera dès lors une institution qui réunira chaque année nombre de célébrités.

Les restos du cœur c’est une distribution de repas gratuits durant l’hiver mais aussi des structures pour accompagner les personnes dans leur parcours d’insertion : les Camions du Cœur, les Relais du Cœur, les Toits du Cœur, les Jardins et Ateliers du Cœur…
Il y a également les restos du cœur bébé qui aident les familles avec de jeunes enfants.

Il y a de nombreuses antennes nationales qui développent différents projets: péniche du cœur pour les SDF à Paris, ateliers d’insertion, cours de français…
On parle souvent des restos du cœur qui recherchent des bénévoles et c’est vrai mais pour qu’il y ai besoin de bénévoles il y a aussi des gens qui ont besoin des restos du cœur.
Et ça, ça peut être tout le monde.

 

Y avoir droit

multiculturelTout le monde ne peut prétendre recevoir l’aide des restos du cœur.
En début d’hiver, chaque personne a rendez-vous avec un bénévole qui va étudier son dossier, regarder ses revenus et ses charges (loyer, EDF..).
Il n’est pas possible de savoir exactement quel est le barème et ce pour éviter que des personnes fraudent et préparent leur dossier de manière à y avoir droit.

Il est évident que cela s’adresse à des personnes en grandes difficultés mais qu’est ce que ça veut dire exactement?
Se rendre aux restos du cœur la première fois, signifie se retrouver au milieu d’une foule dans laquelle on ne comprend pas vraiment où on doit aller et ce que l’on doit faire.

Le public est varié: vous pouvez croiser des personnes étrangères, des familles, des personnes handicapées, des personnes jeunes, des personnes d’un certain âge, des hommes, des femmes, des familles…
Le premier pas est souvent difficile, tout le monde dit qu’il n’y a aucune honte à avoir besoin d’aide et pourtant pousser la porte et assumer le fait que l’on est besoin d’aide est loin d’être facile.

Une fois votre dossier étudié, on vous donne une petite carte où est noté votre nom ainsi que le nombre de repas auxquels vous avez droit par semaine et on vous fait choisir un créneau où vous viendrez chaque semaine chercher vos repas.
Vous devrez présenter cette carte à chaque fois.

Les denrées alimentaires

La distribution a lieu dans un local prédéterminé et est assurée par des bénévoles.denrées alimentaires
Il existe aussi des camions du cœur mais c’est un autre aspect des restos du cœur.

Les supermarchés peuvent donner leurs invendus mais une partie des denrées vient aussi de la banque alimentaire européenne.

Chaque semaine, vous montrez votre carte verte et on vous donne alors un papier où est noté toutes les fois où vous êtes venus et que vous rendrez avant de partir.
Le chiffre qui apparaît au dos montre le nombre de repas auxquels vous avez droit.

Tout est installé sous forme de stand dont vous faites consciencieusement le tour en montrant votre carte et où on vous donne ce à quoi vous avez droit.
Il y a toujours les légumes, le lait, les boites de légumes, les desserts, les fruits, les boites de conserves, les denrées périssables (pain, salade…), le fromage, les œufs et les produits surgelés.
Vous devez avoir un sac isotherme qui permet de garantir la conservation de vos aliments et est votre sésame pour avoir droit de repartir avec un ou plusieurs produits frais.

 

Aller au restos du cœur

Vous avez de tout et c’est assez équilibré.
Vous ne choisisshonte_lamartineez pas si ce n’est parfois entre deux boites de conserves.
Bien sûr, ce que vous mangez n’est pas toujours délicieux mais reste très correct.
Vous n’avez pas forcément ce que vous aimez, ni des aliments qui varient vraiment d’une fois sur l’autre mais cela permet à beaucoup de personnes d’avoir un souffle d’air durant l’hiver et surtout la possibilité de se nourrir convenablement.

Je ne pense pas que l’on puisse dire qu’aller aux restos du cœur est agréable.
Tout est fait pour que ça le soit puisque vous pouvez boire un café, discuter cinq minutes mais cela n’empêche pas la conscience d’avoir besoin d’être là.

Vous pouvez même plaisanter avec des bénévoles ou des bénéficiaires mais chacun connaît son rôle et sa place.
Vous acceptez ce que l’on vous donne et même si ça signifie parfois de mettre votre orgueil dans les chaussettes, vous en êtes bien content.

Même s’il l’on répète partout qu’il n’y a pas de honte, dans le monde d’aujourd’hui, de ne pas s’en sortir à un certain moment, personne n’en parle.
Quand vous creusez un peu, vous découvrez que beaucoup de personnes en ont eu besoin à un moment donné mais elles ne vous le diront pas d’office.

 

C’est encore et toujours cette satanée honte, cette culpabilité de n’être pas assez bien, pas assez fort pas assez je ne sais quoi.

Enregistrer

2 commentaires sur “Aller aux restos du coeur

  1. C’est bien de faire du bénévolat et de s’occuper des autres.
    Les restos du cœur, cela dure et 30 ans c’est trop !
    Il faut prendre aux riches pour donner aux pauvres, comme cela la crise sera résolue. Prenons là où il y a de l’argent mais pas le contraire. Mes félicitations à ce blog car c’est bien agréable à lire bonne continuation. Pascal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *