Vision de bisounours ou optimisme réel

Le sujet du jour vient d’une réflexion que je me suis faites en parlant avec une personne.
Ma manière de voir le monde, d’appréhender ma maladie et le handicap est-elle nourrie de phrases toutes faites à la bisounours ou est-ce un réel optimisme ancré en moi ?
Toile de Kohei Ohmori

 

Vive les bisounours

J’ai souvent parlé de bisounours dans ce blog !
Non, je ne prépare pas une thèse sur le sujet.
Par contre, j’utilise souvent ces petits personnages pour illustrer mon âme naïve.

Pour rappel (et pour tous les trop jeunes pour connaître ce dessin animé), les bisounours sont des nounours colorés.
Ils ont des pouvoirs du genre, envoyer des bisous ou de l’amour à une personne à l’aide de cœurs roses volants !
Ils vivent dans les nuages dans des maisons toutes colorés.
Ah ben oui, dis comme ça c’est un peu niais !
Mais les bisounours c’est niais !

Ça a donné naissance (ne cherchez pas non plus dans le dictionnaire!) à des expressions :  « on ne vit pas dans un monde de bisounours » ou « tu vis au monde des bisounours. »
Le sens derrière c’est: tu n’es pas dans la réalité, tu imagines que tout est beau parce que tu ne veux pas voir la réalité.

Malade et bisounours?

Pourquoi j’ai si souvent entendu une de ces expressions me concernant ?
Et pourquoi donc, est-ce que je l’utilise moi même à mon propos?
Parce que j’aime les bisounours !
Ou plutôt, j’aime voir le bon côté des choses.

Main dans la terre avec plusieurs pousse de plantes jeunes autour.J’aime imaginer que tout le monde s’aime, que chaque événement a une raison d’être…
Ça a un petit coté biblique ce que je suis en train de dire !
Pourtant, je vous jure aucun précepte religieux là dedans, c’est juste ma manière de penser.

Pour autant, je ne vis pas dans les nuages.
J’ai tout à fait conscience de la difficulté de vivre.
Entendre ce qui se passe dans le monde est réellement une horreur.
Voir des personnes souffrir dans leur chair et dans leur âme de leur condition d’être humain me rend triste.

Peut-être est ce parce que j’ai une conscience aiguë de tout cela que je cultive ma bisounourserie (et un petit néologisme, un!).
Je n’ai pas envie de me prendre la tête et surtout de m’arrêter à des choses plus ou moins futiles mais surtout négatives.
Me mettre la tête dans le four me semblerait un peu dommage, et me ferait surtout passer à côté de ma vie et de ce qu’elle peut me réserver.

Optimisme réel ou inventé ?

C’est une vraie question que je me suis posée et que les personnes qui m’entendent sont en droit de se poser.
Est-ce que je n’en rajoute pas ?
Est-ce que je pense réellement tout ce que je dis ?
Alors oui je cultive cet optimisme mais il fait intrinsèquement partie de moi.


Je suis persuadée que la vie est belle.paire de lunette dan un paysage. En dehors de la lunette tout est gris et dans la lunette tout est coloré
Pas tous les jours, pas à chaque instant.
Mais ce qui la rend belle c’est la quantité de petites choses qui peuvent nous faire sourire même au milieu de la souffrance.

Quand je dis que la maladie m’a apporté telle ou telle chose positive.
Mon côté à croire que chaque chose a une raison d’être.
Ma faculté à dire que je suis heureuse avec ma SEP, mon handicap, mes casseroles.
Je comprends que l’on me regarde de travers.

On est en droit de se dire que j’invente ou que c’est parce que j’ai de la chance.

Verre à moitié vide ou à moitié plein

Il est établi que certaines personnes ont tendance à voir le verre à moitié plein d’autres le verre à moitié vide.
J’aurais donc tendance à voir le verre à moitié plein?
Je ne suis pas sûre.
Je vois le verre entier.

trois oiseaux sur un fil. l'un parle de voir le bon coté des choses - optimismeComment oublier tout ce qui me dérange ou me blesse ?
Mais comment oublier aussi tous les gens formidables que je rencontre, les étoiles que j’adore regarder le soir, la petite fille que j’ai croisé à un coin de rue et m’a fait un grand sourire en me regardant de haut en bas.
C’est parce que j’ai conscience des opposées que je continue à garder le sourire.

Mais rassurez vous, on est tous pareil, il y a des moments dans la vie.
Vous avez eu des articles où ma vision était plus négative que positive.
A certaines périodes, j’ai pensé que tout était trop dure.

C’est aussi peut être pour ça que ce blog peut paraître noir si on ne lit que certains articles.
Je parle de tout ici comme je parle de tout avec mes amis.
J’ai une vie formidable mais j’ai aussi fait une tentative de suicide.
J’aime mon corps mais il me fait aussi expérimenter de devenir folle à cause de spasmes incontrôlables.

Rien n’est tout blanc ni tout noir.
Mon optimisme est ce qui me permet d’aimer LA vie et d’en profiter pleinement.
Mais il n’y a aucune injonction à être heureux, à voir aussi la partie pleine du verre.
Chacun fait comme il peut, comme il veut et il n’en est pas pour autant moins formidable.

Petit cadeau n°1 (qui va vous poursuivre toute la journée!):

Petit cadeau n° 2:
Le blog d’une handi optimiste
Un livre autour de personnes handicapés et heureuses.

3 commentaires sur “Vision de bisounours ou optimisme réel

  1. C’est l’histooooiiiiii re de ma viiiiiiiiiiiiiie, ce cycle ééééterne-el… J’ai toujours été optimiste, quelqu’un m’a déjà avoué qu’au début où il m’avait connu ça l’agaçait. Et dans le sens inverse un autre a été déçu de voir que ben, parfois, ça m’arrivait de ne pas sourire, d’être triste et d’avoir besoin que l’on me remonte le moral. Même si parfois ça m’a joué des tours, je considère cet aspect de ma personnalité comme étant une force C’est ce qui nous permet de tenir et mieux encore, d’aller de l’avant (et fissa en plus :p )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *