Minimalisme ou comment moins consommer et être plus serein

Moins consommer et minimalisme vont souvent de pair, au moins dans la réflexion que ces concepts induisent.
Je sais que cet article est attendu mais vous me connaissez je vais traiter ce sujet très en vogue à ma manière.

Version orale

Minimalisme kézaco?

Des sites sur le minimalisme, il y en a pléthore sur internet.
Vous trouverez des vidéos, des blogs qui vous expliqueront d’où ça vient, comment faire, pourquoi agir ainsi…
Je vous met d’ailleurs quelques liens que j’ai trouvé intéressant en fin d’article.

Ce que j’avais retenu :
le mouvement vient entre autre d’un homme japonais (Fumio Sasaki)
plusieurs ouvrages ont été écrit sur l’art de la simplicité, la magie du rangement
l’idée c’est de vivre avec le strict minimum et le tout dans une blancheur immaculée.
Soyons clair, avec le recul et des recherches plus poussés, la vision que j’avais de ce concept m’est apparu très simpliste et réductrice.

Du coup, au départ, ça ne me faisait pas rêver.
J’ai commencé à réfléchir à toutes ces idées après avoir vu le document Netflix « Minimalism ».
Il a fait fleurir des fleurs dans mes yeux et je me suis d’un seul coup senti plus légère.
C’était la première fois que je me sentais positivement bouleversée par un documentaire.

Au delà des mots

Au delà des mots, des témoignages que j’ai pu voir ou lire, je me suis mis à regarder mon chez moi avec un regard neuf.
Il y a longtemps, j’avais visité un appartement que j’avais trouvé très beau car très épuré.
Je m’étais aussi dit que je n’arriverais jamais à un environnement si calme.

quand consommer amène au bazar; mot bazar écrit en différentes couleurs et police d'écriture sur fond rougeJe suis du genre à aimer mes souvenirs.
Garder au cas où (on ne sait jamais) était une habitude bien ancrée.
J’avais l’impression de trahir mes amis si je donnais ou jetais quelque chose qu’ils m’avaient offert.

Ça donnait une maison très hétéroclite avec des couleurs variées, des objets d’un peu partout, aucune cohérence et surtout beaucoup de bazar.
Parallèlement, je trouvais certains appartements de ma connaissance, trop vides, sans vie.
C’était assez paradoxale.

Puis d’un seul coup, sans vraiment réfléchir, je me suis mis à trier et vider mon appartement.
Je n’avais pas pour objectif de tout liquider juste d’arriver à un environnement moins encombré, plus pratique et donc plus serein .

Pourquoi tout changer

J’aimais mon ancien chez moi.
Pourtant, j’ai eu envie qu’il évolue.
« Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis », c’est bien connu !

Peut-être était-ce en lien avec mes interrogations du moment.
Ce chemin parfois tortueux que j’avais entrepris

Image parThomas Hendele de Pixabay

Je vous en avais parlé dans un article parlant de la simplicité.

Je n’ai pas décidé de vider chez moi pour suivre une tendance, être à la mode, ni même pour respecter la planète (en tout cas au début).
Simplement, cela m’apaisait et plus je triais plus j’avais envie de trier !

Je ne connaissais à l’époque aucune méthode précise.
J’étais partie du constat que mon petit 30m2 était encombré.
Du coup, je me demandais si je gardais tel objet juste pour faire plaisir à Jacques ou pour faire comme Paul ou si vraiment j’en avais besoin et qu’il me plaisait.
Il n’y avait rien de métaphysique, philosophique ou autre dans ma démarche.

Faut-il tous jeter?

A mon avis, comme dans tout, il est surtout important d’être à l’écoute de soi même et de ces besoins.
J’ai gardé
le nounours de mon enfance parce que quand je suis triste, je le serre dans mes bras.
J’ai supprimé une partie de ma vaisselle parce que je vis seule et qu’avoir quinze assiettes ne sert à rien surtout vu le nombre de fois où j’invite des personnes (une invitation chez moi, pas sûre).
Tout ce qui me facilite la vie en tant que personne handi, je l’ai aussi conservé.

En étant à mobilité réduite, dormir sur un futon ou manger par terre, compliquerait nettement ma vie et diminuerait d’autant mon autonomie.
Je n’aime pas les vérités toutes faites.
Ce n’est pas parce que effectivement réfléchir à sa consommation est important, qu’il faut appliquer des préceptes tout fait en oubliant que l’on est tous différents.
On n’a pas tous les mêmes
besoins, les mêmes capacités ni même d’ailleurs les mêmes sources de joie.

Il n’empêche qu’en me penchant sur ce que je possédais, j’ai donné une quantité astronomique d’objets divers.
J’aime l’idée de permettre une deuxième vie aux objets en les donnant par exemple.
C’est aussi une bonne méthode pour « contrebalancer » notre tendance à sur consommer.

J’ai conservé des souvenirs mais j’en ai aussi donné.
Non pas parce que je n’avais pas aimé qu’on me les offre mais parce qu’ils avaient fait leur temps avec moi et que maintenant ils m’encombraient plus qu’autre chose.

Une façon de consommer

Ce qui s’en est suivi, a été une réflexion autour de ma manière de consommer, de mes achats.
Je ne m’étais pas fait flic à me débarrasser d’autant d’objets pour recommencer à empiler.
Surtout que le plus drôle, c’est que aucun objet ayant quitté ma demeure ne m’a jamais manquée!
Puis la sensation de liberté quand vous savez que vous n’avez pas besoin d’un semi remorque si vous voulez partir est beaucoup trop plaisante. (ça ne m’a pas empêcher de galérer à déménager comme dit dans le précédent article, sic!)

Je n’ai jamais été une acheteuse compulsive et faire du shopping n’a jamais été ma tasse de thé.
Mais j’aimais engranger des petits souvenirs comme pour être sûre que les moments vécus ne s’effaceraient pas.
Sauf que maintenant, j’ai conscience que les moments passés avec les gens que j’aime n’ont pas besoin de s’inscrire dans un objet pour que je ne les oublie pas.

Cette façon de consommer est évidemment bénéfique pour ma bourse mais aussi pour mon esprit.
Je me sens plus légère même si c’est un peu compliqué à expliquer.
Alors j’aime toujours recevoir des cadeaux et en faire mais j’essaie de privilégier des objets vraiment désirés ou des présents non physiques (un bon repas, une sortie de cinéma…).

http://enqueteduminimalisme.blogspot.com/2018/04/des-origines-du-minimalisme.html

Quelques liens supplémentaires:
Des origines du minimalisme (article écrit)
8 habitudes pour garder sa maison épurée
Ma chaîne Youtube où j’ai créé des playlist spéciales pour vous où vous pouvez retrouver toutes les vidéos que je trouve intéressantes.
Bon j’avoue elle est encore en construction mais elle va s’étoffer!
Marie kondo et ses nombreux ouvrages autour du rangement et de ce que ça apporte à l’esprit.
lavienplusimple

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *