Sclérose en plaques et médecines parallèles

Je vous ai parlé rapidement des nombreux traitements allopathiques qui existent pour combattre l’évolution de la sclérose en plaques.
Mais comme aucun n’est un remède miracle, beaucoup de personnes se tournent vers les médecines parallèles.

Mais pourquoi ce choix ?

J’ai connu, au fil de mes rencontres, de nombreuses personnes qui utilisaient telles ou telles médecines dites parallèles.
Dans le cas de la sclérose en plaques, de nombreux spécialistes de celles-ci disent pouvoir améliorer l’état général voir même guérir la maladie.

J’en ai essayé en début de maladie, et j’ai souvent eu des remarques du tout venant me disant « ma tante, elle a fait ça (à remplacer par toutes les médecines vous venant à l’esprit) et elle est guérie ».Dompter sa maladie
Je crois que c’est ce qui a fini par m’en dégoûter.
Je ne dis pas que l’on ne peut pas améliorer notre état mais guérir entièrement de la maladie, j’en suis moins sûre (j’entends par guérison, disparition de toutes marques au niveau du cerveau ou de la moelle épinière détectables par IRM).

Alors pourquoi certaines personnes (moi y compris) utilise ou ont utilisé telle ou telle méthode dites non conventionnelle ?
Par espoir ou désespoir, ça va ensemble.
La médecine dite classique ne nous donne pas de réponse et on a souvent l’impression d’être seul face à un envahisseur que l’on ne connaît pas.
Cet état de fait est déprimant et parfois on a besoin d’espérer de croire en quelque chose.

 

Médecines parallèles et comment vendre du rêve

Médecines parallèles ou comment vendre du rêveJe vous l’ai dit, j’ai essayé pas mal de choses au début de ma maladie puis je me suis rebellée.
Je ne supportais plus ceux qui me faisaient des promesses sans les tenir.

Mes neurologues ne m’ont jamais dit que je guérirais, au mieux que j’apprendrais à vivre avec.
C’est certes déprimant de premier abord mais en même temps ça me rassure qu’on ne me promette pas des choses dans le vent.

Depuis, j’ai encore évolué et j’utilise certaines médecines parallèles pour m’aider face à certains symptômes.
Par contre, celui que je rencontre et qui me dit «je vais vous guérir», je le regarde, je lui dis « oui oui » et je tourne les talons.

Cet article parle certes de mes désillusions mais n’est en rien un pamphlet contre toutes solutions parallèles alors n’hésitez pas à donner votre avis ou à parler de telles ou telles techniques que vous connaissez.

 

Les théories

J’ai aussi envie de vous parler des théories parce que je ne tiens pas à en faire un article et pourtant ça existe.trouver un fautif
Ce ne sont pas des médecines parallèles mais plutôt des explications qu’on voudrait donner à ce que l’on ne comprend pas.
Vous ne voyez pas de quoi je parle?
« Le corps est un tout, si vous avez une maladie, c’est que votre corps exprime un mal être que vous n’arrivez pas à régler et qui peut remonter à vos ancêtres.»

Je ne dis pas que c’est faux.
Je pense juste que ce sont des essais d’explications, un besoin de trouver une justification, pas plus scientifiques que la foi en un dieu et qu’il faut rester prudent devant les vérités toutes faites.

Après à chacun d’y adhérer ou non.
Je me suis rendue malade (encore plus) pendant plusieurs années à cause de ces théories : je me sentais responsable de ma maladie et je me disais que si j’avais été capable de gérer mes problèmes,  je ne serais pas malade.
Ma maladie était donc dû à ma faiblesse…

 

Guérir par l’alimentation

On parle souvent d’alimentation dans la sclérose en plaques, il y a plusieurs écoles et en réalité, je trouve qu’il est souvent difficile de s’y retrouver.

médecines parallèles et alimentationPour ma part, j’ai testé le régime Kousmine.
C’est tout un principe de vie qui, notamment, proscrit certains aliments considérés comme nocifs; je me souviens surtout que le chocolat en fait partie!
Elle a également crée « le petit déjeuner idéal »: la crème budwig.

Le régime Seignalet est aussi très connu.
Je ne l’ai pas testé moi même parce qu’il est encore plus restrictif.

Le principe de porter de l’attention à son alimentation et à son hygiène de vie ne peut être que bénéfique à mon sens.
Par contre, se priver de mets que l’on aime et ne peut plus pouvoir se faire inviter ou aller manger au restaurant avec des amis est, je trouve, très restrictif autant socialement que gustativement parlant.

 

Pratiques énergétiques

Là encore, ce n’est pas de la médecine à proprement parlé mais plutôt des façons de vivre.médecines parallèles et pratiques énergétiques
Par pratiques énergétiques, je parle de sophrologie, yoga, shiatsu…

On m’a dit, ce matin, que le travail énergétique quelle que soit la technique pouvait permettre de guérir complètement de la SEP.
Après tout pourquoi pas, rien ne me prouve le contraire.
Mais je considère surtout que ça peut être un réel plus pour améliorer certains symptômes de la maladie et nous apporter du bien-être.

Personnellement la sophrologie m’a beaucoup aidé dans la gestion de ma douleur.
La méditation et les techniques de respiration me permettent de mieux gérer mon stress et mes angoisses qui ne sont bonnes pour personne et encore moins pour notre système immunitaire défaillant.

 

Comme je n’ai pas su vous écrire un article parlant de tout sans être soporifique, je vous donne rendez vous dans un prochain article pour quelques autres techniques tel que le venin d’abeille ou l’auriculothérapie.

5 commentaires sur “Sclérose en plaques et médecines parallèles

  1. Tout à fait d’accord avec tout ce que tu as écrit
    Je t’embrasse
    Marsu
    PS: un régime sans chocolat Valrhona même pas en rêve!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *