Récits de compétitions

Je vous ai déjà parlé de la compétition sportive lors de cet article.
Il était sérieux même s’il avait un petit côté nunuche comme je l’avais dit à l’époque, disons qu’il parlait de moi et de mes ressentis.

 

Ensemble avant tout

L’escrime est un sport individuel et pourtant quand je pars en compétition, je ne pars pas seule.
Que ce soit, avec les membres de mon ancien club ou ceux de l’actuel, c’est la même chose, nous partons en groupe.

Les compétitions nous font souvent traversé une partie de la France; ça implique de long voyage en voiture ou en mini bus.
Mais je peux vous dire que ça n’a rien de triste !
Certes c’est long mais à l’aller on est porté par notre stress ou notre envie d’en découdre sur le piste et au retour on est porté par notre envie…de retourner dans nos pénates et de dormir même si parfois l’après compétition et le retour à la vie normale n’est pas évident.

Je me souviens de discussions sérieuses sur l’éducation nationale (oui oui on peut aussi faire preuve d’un minimum de réflexion) où perdu entre trois professeurs des écoles, je me sentais bien seule moi qui fustigeais l’école et son fonctionnement!
Il y a aussi des moments de boxe mentale où on renforce son esprit, où on se dit que l’on va gagner parce que l’on peut gagner. Oui c’est de la boxe contre nos peurs, notre manque de confiance en nous, le fatalisme!
Il y a aussi des moments où on regarde juste le paysage défiler (certaines régions de France ont un paysage particulièrement morne!).Mini bus pour les compétitions

La partie qui peut aussi être particulièrement drôle (sauf pour le responsable en chef) est le chargement et déchargement : dans une voiture quand vous devez charger quatre housses d’escrime,
les sacs de rechange, la nourriture plus un fauteuil roulant et tout ça sans boucher la vue au conducteur, ce n’est pas simple.
Et quand, vous avez sept personnes à mobilité réduite dans un minibus avec au moins sept fauteuils d’escrime quatre ou cinq fauteuils de ville, sept housses d’escrime et neuf sacs de ville, ça devient un sport à part entière où une belle partie de Tetris. Sans oublier que les fauteuils de ville sont sortis à chaque pause café.

Puis dans la compétition, il y a aussi tous les moments de non-sport: les galas ou repas partagés, les encouragements et petits mots des uns aux autres, les balades, les pauses café ou thé…

 

Timing des journées de compétitions

Le voyage est une part non négligeable de la compétition mais une part seulement.
Des fois, on arrive la veille on s’installe à l’hôtel ou chez des amis.
Puis des fois on arrive le jour même et on enchaîne avec les épreuves.

Mais ne rêvez pas, même en arrivant la veille ça reste très fatigant. En effet, il est souvent nécessaire d’être au gymnase, où se passent les épreuves, vers 7h30 – 8h.
Le scratch est important: il s’agit de l’heure à laquelle si vous ne vous êtes pas présenté, votre inscription est annulée.
Dans ce cas là, retour chez soi ce qui serait ma foi bien dommage.

woman-236772_640
A chacun sa manière!

Après chacun a sa manière de se concentrer et de s’échauffer : certains cours (ou roule!), d’autres font des étirements de bras ou de jambes (pour les valides !), des fois on tire contre l’un ou l’autre et si l’on est accompagné de son maître d’arme, on a une leçon d’avant compétition qui nous permet juste de placer sa main et de rentrer dans la compétition.

Pour se concentrer, certain écoutent de la musique d’autres s’isolent.
Personnellement, j’ai une playlist spéciale compétition qui enchaîne des chansons motivantes et qui ont du sens pour moi.
Je l’étoffe régulièrement en demandant à des gens que j’aime de me choisir une chanson.
D’ailleurs, vous tous qui me lisez, vous pouvez me nommer une petite chanson en commentaire et hop je me sentirais accompagné de chacun de vous à chaque compétition.
Il n’y a aucune règle, j’ai une chanson des Beatles, une de David Guetta, une du dessin animé Le prince d’Égypte, alors laissez vous aller!

Une journée de compétition est assez longue. Il y a beaucoup de temps d’attente entre les différents matchs et les différentes phases de la compétition.
Quand arrive le soir, on est souvent complètement lessivé que l’on soit sportif ou spectateur.

 

Compétitions valides, compétitions handi, même combat

Une compétition reste une compétition.
Les gens sont là pour gagner qu’ils aient deux jambes ou quatre roues.
C’est surtout dans l’organisation que les choses diffèrent.

Dans les compétitions handi, nous sommes moins de tireurs.
Par contre, la mise en place des pistes avec les fauteuils est nettement plus longue (si vous ne vous souvenez plus comment ça se passe, regardez).
Il y a du coup plus de solidarité puisque beaucoup de personnes sont là pour donner un coup de main et permettre que la journée se déroule au mieux et on a plus tendance à s’aider mutuellement en cas de besoin.

Ça peut paraître étrange mais lorsque j’accompagne mes amis valides sur des compétitions auxquelles je ne peux pas participer, entre le bruit, les différents déplacements pour regarder les matchs des uns et des autres, le monde, je suis presque plus fatiguée que quand je tire moi-même.

En termes de compétition valide, j’ai eu droit à un gymnase où je ne pouvais pas aller avec mes camarades, où j’étais cantonnée à une seule place mais ce n’est pas le plus courant.
Par contre, souvent, je me retrouve la seule personne en fauteuil roulant au milieu des personnes valides.

La dernière compétition en date à laquelle je les ai accompagné, était le TIPIF.Dans les compétitions, tous ensemble!
C’est une compétition qui se déroule à Paris et qui est uniquement féminine.
Je n’avais jamais vu autant de monde, autant de tireurs.
Et franchement, pour me trouver au milieu de tous ces gens à deux jambes, il fallait se lever de bonne heure ou avoir une très bonne vue.

La première compétition Handi auquel je suis allée avec mon nouveau club, j’ai eu le droit à un mini bizutage : sur une aire d’autoroute où nous nous étions arrêtés pour boire le café, j’ai du aller demander à la caissière le rayon maillot de bain avec à la main un seau et une pelle!

Je confirme l’ambiance est aussi détendue d’un côté que de l’autre, autant de bêtises sont dites et faites !

Vous pouvez aussi lire: handi escrime créateur de mon sourireescrimeuse dans le monde du handicap, compétition sportive et sclérose en plaques

1 commentaire sur “Récits de compétitions

  1. Bonjour, seriez vous la nouvelle Guêpe à 4 roues ?
    J’ignore s’il est plus facile en fauteuil de piquer » ses adversaires au pied avec son épée, son sabre ou fleuret mais je ne peux que vous encourager à persévérer et vous félicite forcément!
    Je me limite au basket en fauteuil que je vais reprendre bientôt, maintenant que je peux utiliser un scooter électrique plus facile à garer qu’une voiture dans Paris…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *