Le thé

Lorsque je vais avec une ou un ami dans un bar pour papoter, la boisson chaude la moins chère est le café. Quand je passe chez quelqu’un, on me propose un café. Geste banal de politesse mais qui permet aussi de créer un moment conviviale.
Puis il y a aussi l’inévitable machine à café du lieu de travail, de la gare, de la salle d’attente d’un hôpital. Il s’y passe souvent bien plus que la consommation d’une boisson. La série « Caméra café » en est la parfaite illustration.
Mais voilà le café, je l’ai en HORREUR. Je déteste le goût, l’odeur, le parfum dans des entremets.

Par contre, je suis une fille polie (ma maman me disait « si t’es pas jolie soit au moins polie! « ) et j’aime offrir quelque chose aux gens de passage chez moi. Alors oui, j’ai toujours du café soluble mais ce que j’aime offrir et déguster c’est du thé.

Du thé, mais c’est amer et insipide

En discutant avec différentes personnes, j’ai me suis rendue compte que beaucoup avaient cette vision, d’une boisson amère et insipide.
Du coup, j’ai testé : un thé de base acheté deux francs six sous dans mon magasin de grande distribution qui infuse jusqu’à ce que je pense à enlever le sachet de la tasse, rend cette affirmation loin d’être saugrenue.thumbnail
Sans chercher à devenir un aficionado du thé :
– prenez juste le temps d’acheter du thé de qualité légèrement supérieur (pas besoin qu’il soit très cher)
– faites le avec de l’eau frémissante et non bouillante ; vous pourrez le boire sans attendre un quart d’heure avant que votre palais ne puisse le supporter
– enlevez le sachet avant qu’il n’ait macéré un quart d’heure dans votre tasse.
Après, bien sûr, c’est une question de goût.
Certains l’aiment très infusé, mais je pense que quand on n’a pas l’habitude, c’est une manière un peu abrupte de faire connaissance avec cette boisson et effectivement ça peut laisser un mauvais souvenir.

Quelques généralités

Une fois passé cette première approche, tout un royaume s’ouvre à vous.
Des thés, il en existe des quantités ; des moins chers aux plus chers, des plus communs aux plus rares. Comme le café en fait.
Il y a aussi maintes manières de le déguster ; avec ou sans sucre, avec ou sans lait, froid ou chaud.

Je ne vais pas vous faire un cours sur toutes les sortes de thés mais vous parler de cette diversité qui remplit mes placards et est capable de me faire hésiter le matin les yeux à demi ouverts, sur ce que j’ai envie de boire.
Comme pour le café ou le vin, les différents thés viennent tous de la même plante, le Théier. Par contre selon où il est cultivé, à quel moment il est ramassé, comment il est traité après récolte, il rentre dans différentes catégories et il prend des caractéristiques bien à lui.
Petit instant de culture, dans le langage courant on parle souvent de thé rouge ce qui est un abus de langage. Le thé rouge est issu des feuilles d’un buisson rougeâtre cultivé en Afrique et que l’on nomme Rooibos. Cette boisson n’est donc pas issue du théier et ne possède absolument pas de théine.
Aujourd’hui, il est connu scientifiquement que la théine est l’équivalent de la caféine. Par contre, elle reste différente selon la boisson choisie. Dans le thé, il y a trois à quatre fois moins de théine/caféine que dans un café.  Elle n’est également pas assimilée de la même manière par le corps : le café passe dans le sang immédiatement alors que dans le cas du thé l’absorption est beaucoup plus lente. On parle d’un effet stimulant pour le thé et d’un effet coup de fouet pour le café.
Bien sûr certains thés en possèdent moins que d’autre.
Un des défauts de la théine à haute dose est qu’elle a tendance à « manger » le fer que l’on a dans le corps, enfin paraît-il ! En tout cas, vu la quantité de thé que je bois par jour, je me dis que dans le doute, alterner mes thés habituels avec du Oolong, du Rooibos, et même des infusions, est une bonne idée.

Mes chouchous

théLes Oolong sont des thés à demi oxydés donc très pauvres en théine. Ce sont des thés chinois dits thé bleu-vert de par la couleur quand ils infusent. Ils ont l’avantage, étant moins théinés, de ne présenter aucun risque pour les femmes enceintes tout en restant du « vrai » thé.

Personnellement, je n’étais pas fan du Oolong trouvant le goût inintéressant et manquant de saveur. Récemment, j’en ai goûté des différents et là j’ai compris : non ce n’est pas sans saveur, non ils n’ont pas tous le même goût.
Le plus surprenant, que j’ai découvert dans une boutique de Chevry (près de Paris), est un Milki oolong : il a un goût lacté mais n’a pas une seule molécule du lait.
Il est bluffant et il présente l’avantage, pour moi qui suis allergique au lactose, tout en adorant le lait (oui c’est un peu bête, je l’admets), de ne pas me transformer en écrevisse.

Un autre thé dont je raffole est le Darjeeling. C’est un thé noir anglais cultivé dans la région éponyme d’Inde dans les contreforts de l’Himalaya. C’est un des thés les plus consommés en Grande Bretagne où il est considéré comme « le champagne des thés noirs ».
Aujourd’hui, cette appellation est fortement contrefaite ; pour illustration, il s’en vend mondialement environ 40000 tonnes par an alors qu’il en est produit entre 8000 et 11000 tonnes !!
C’est par excellence mon thé préféré.
Par contre, je deviens un peu prout prout avec mon thé c’est à dire que du Darjeeling de basse qualité ne m’intéresse pas. Quand on sait que chez un spécialiste comme « Mariage et frère » les prix montent facilement à 45 voir 70 € les 100 grammes, on se dit que prout prout est adaptée, il ne me manque plus que le petit doigt en l’air et je serais pile dans le thème !

Le Lapsang Souchon, rien qu’au nom je le trouve exotique ! C’est un thé noir fumé cultivé en Chine. Les thés fumés sont assez particuliers. Ils ont souvent un goût assez fort et une odeur très marquée. D’où le commentaire de mon ami qui trouve que ça sent la même odeur qu’un box de cheval le matin. Je dirais que c’est un peu tiré par les cheveux mais pourquoi pas. Il dit de plus, que c’est marrant car comme beaucoup de thés l’odeur est très différente du goût que ça suggère. Heureusement je dirais, box de chevaux, non mais je vous jure !

Les thés japonais sont assez spécifiques. Ce sont des thés verts mais très différents des thés que l’on peut trouver au Maroc pour concocter le thé à la menthe. Les japonais, de toute manière, ont un rapport au thé assez particulier. Ils ont ce qu’on appelle la cérémonie du thé qui est tout un cérémonial et où le thé utilisé est du Matcha, poudre verte se diluant dans l’eau (enfin en raccourci en réalité c’est plus complexe).
Ils ont aussi des thés vert fumés, des thés au riz soufflés.
Celui que je préfère quant à moi est le Sencha, mais là encore il en existe des qualités très différentes. En premier lieu je crois que c’est un peu ma madeleine de Proust puisque rien que l’odeur me ramène directement dans un salon de thé japonais où je suis allée avec des amis à Kyoto. Mais je trouve aussi sa saveur très différentes et très douce.

Les thés blancs sont des thés la plupart du temps aromatisés que je trouve fins, doux et délicats et faciles d’accès pour les personnes n’étant pas fan de thé à premier abord. Il en existe à de nombreuses saveurs : violette, rose, pêche … C’est un thé très pauvre en théine.
Il s’agit du bourgeon et des feuilles autour qui sont de couleur argenté d’où le nom. Il ne subit que très peu de transformation après cueillette. C’est un thé qui se consomme sans problème l’après-midi puisque ne contenant que peu de théine.

J’aime aussi beaucoup les Pu-ehr. Ils ont une odeur très herbacée. Oui on a un peu l’impression d’avoir un thé à la pelouse (mais souvenez vous l’odeur est souvent très différente du goût!). C’est un thé noir de la province du Yunnan en Chine. C’est le seul thé qui comme le vin se bonifie avec l’âge et n’a donc pas le même prix selon son âge. Il a une couleur rosée plus ou moins prononcé que je trouve très jolie. En France le plus connu est le Tuo cha. Qui a des vertus pour permettre de garder la ligne. Il s’achète sous forme de « nid » : il est compressé ce qui permettait à l’origine de le transporter en caravane jusqu’au Tibet.

Dans les thés dont je ne peux pas parler mais que je connais de nom il y a les thés jaunes. Ce sont des thés rares donc assez chers. Il s’agit des bourgeons qui ne sont pas travaillés après récolte. Le jour où j’aurai la chance d’en goûter, promis je vous en parle.

coffee_smoke_drink_241179_l

Il y a aussi les thés parfumés. Je les met tous dans le même lot mais il y a les thés verts parfumés, les thés noir parfumés, les thés blanc parfumés. Là tout dépend de vos goûts. Personnellement, je préfère les thés « nature ». On entend des fois dire que les vrais amateurs de thé n’aiment que les thés nature, bus sans sucre et sans lait. Pour ma part, je considère que le plus important c’est le plaisir que l’on y prend le reste…

Je pourrais encore vous en citer mais là vous avez mes petits préférés!
Et souvent j’en ai plusieurs du même nom puisqu’ils n’ont pas toujours le même goût comme le Oolong cité plus haut.
Je trouve le sujet du thé illimité. L’odeur, la couleur, la saveur tout est tellement différent selon le thé. Chaque pays a ses coutumes ses habitudes pour le boire. Moi ce que j’aime dans le thé c’est de le choisir puis le préparer tranquillement, de faire attention à choisir la bonne température pour avoir le plus de saveur possible. J’aime le savourer que ce soit seul ou à plusieurs. Même quand je suis pressée j’aime prendre quelques secondes pour me faire un thé me créer ma petite bulle de respiration.

Mais je vous reparlerai de cette passion et notamment des salons de thé et de leur ambiance et en prime je vous mettrai quelques adresses aux quatre coins de France. Puis aussi peut être de ces box qui me font tant rêver et de ses marques que j’adore.

Si vous aimez le thé et que vous parlez anglais allez faire un tour ici : http://www.reddit.com/r/tea/. Ce n’est qu’un grand forum où tout le monde a cette passion commune. Sauf qu’il y a des américains, des anglais, des canadiens… et des fois c’est marrant de voir les différences selon les pays.

Puis mon blog préféré dans ce domaine mais toujours en anglais (le traducteur google n’est pas si mal !) : http://oolongowl.com/category/tea-reviews/. Vous verrez son emblème est une chouette en laine, c’est tout mimi !

12 commentaires sur “Le thé

  1. je suis aussi mordue de thé, Earl Grey, parfois Lady Grey, Bergamote, Douchka, tchaï indien etc…..

    J’espère qu’un jour nous pourrons boire un thé ensemble………..malgré la distance

    bizzzzzzzzzz

  2. Eh bien dis donc !! je savais que tu adorais le thé, mais je ne savais pas que tu avais tant de connaissances en la matière, merci pour tous ces détails.. moi j’aime le thé mais …. je n’y connais rien !!!
    C’est vrai qu’autour d’une machine à café il se dit beaucoup de choses et quand c’est dans un hôpital, parfois de simples mots échangés peuvent aider à supporter une attente trop longue , pour avoir des nouvelles d’une personne que l’on aime… Gi

    1. Oui c’est vrai. Je n’avais pas pensé à la machine à café en hôpital. mais tu as raison, petite bulle au milieu d’un univers d’a
      ttente et de souffrance.

  3. Tata, ton the t’a-t-il ote ta toux ?

    Les cafeinomanes sont tellement nombreux qu’on va boire une biere dans un cafe (c’est con non ?)

    Sinon ce que j’aime aussi avec les thes, c’est que ca fait voyager : Japon, Yunnan, Sichuan, Inde, Ceylan, Nepal…

    C’est l’automne, je vais faire un hoji-cha (the vert torréfie japonais, et oui, moi aussi je me la pete un peu !)

    1. TU pourrais m’inviter à le savourer avec toi. Puis je veux pas dire mais je crois que les aficionados du café te dirais qu’il y a des crus du Népal, du pérou, de pays d’Afrique…

  4. En fait, quand on commence à s’intéresser au thé, on devient assez vite un puriste incompréhensible pour le commun des… buveurs de café 😉 Parce qu’on réalise que, ce qui est fascinant, avec le thé, ce sont non seulement les infinies variétés, qui se déclinent selon les régions, les ingrédients ajoutés, ainsi que les moments et méthodes de cueillette, mais aussi tous les rituels qui y sont liés. Souvenir ému d’une cérémonie du thé à Kyoto, en kimono, sur un tatami qui mettait mes genoux au supplice… D’un Pu-ehr débordant de théières minuscules, infusé six ou sept fois, découvert grâce à deux Françaises qui vont le récolter tous les ans en Chine (http://galerie-yunnan.blogspot.fr/)…
    Mais nous dénigrons les amateurs de café sans les connaître ! Car tu as raison, ils ont eux aussi leurs crus et leurs rites. Et même un roman : http://www.albin-michel.fr/Le-Maitre-de-cafe-EAN=9782226245144 !
    Enfin, moi, je suis comme toi : du thé, sinon rien. Et j’ai même ma bible, tant qu’à faire : http://www.palaisdesthes.com/fr/le-guide-de-degustation-de-l-amateur-de-the-f-x-delmas-m-minet.html
    Mais dis-moi, est-ce que toi aussi, tu as différentes théières pour les différents types de thés ? Et est-ce que toi aussi, tu pousses de hauts cris quand un barbare (pas doux du tout) s’avise de vouloir les récurer avec du liquide vaisselle ???

    1. Non moi je pleure juste de n’en avoir qu’une. De faire ma tisane dans ma théière, mon lapsang souchon puis mon thé blanc toujours dans ma même théière! Après on apprend aussi à être puriste mais à se contenter de ce qu’on a et a en être heureux! Mais euh du produit vaisselle dans ma théière mais personne ne lave ma théière, m’enfin!

  5. Oh, je compatis pour l’unique théière ! Il va falloir remédier à cela…
    Quant à la théière récurée à l’éponge savonneuse, ça ne m’est arrivé qu’une seule fois (une amie en visite qui croyait bien faire) et j’ai bien cru que j’allais avaler ma cravate ! Comment ça, je ne porte pas de cravate ?

  6. amusant ce petit échange sur le thé… je suis comme toi Douce Barbare, je n’aime pas le café alors je bois du thé avec un nuage de lait…
    il m’arrive aussi de m’abreuver de tisanes le soir pour me réchauffer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *